La Nouvelle Tribune

L’amazone Affo Djobo pour une dynamique nouvelle et entreprenante au Bénin

Espace membre

Ce samedi février 2015, lors d’un congrès constitutif à Bassila, il a été porté sur les fonts baptismaux, le mouvement politique ‘’Rassemblement citoyen pour la République’’ (Rcr-Laada) de l’amazone Amicétou Affo Djobo. C’était en présence d’un parterre de personnalités politiques et religieuses.

L’arène politique béninoise vient une nouvelle fois de s’élargir avec la naissance du mouvement politique dénommé ‘’ Rassemblement citoyen pour la République’’ (Rcr-Laada). L’acte de naissance du nouveau-né dans le monde politique a été signé ce samedi 7 février 2015 à l’Ecole publique de Bassila lors d’un congrès constitutif qui a mobilisé les populations des différentes contrées du pays autour de l’amazone du combat politique qu’est l’ancienne députée Amicétou Affo Djobo. Les travaux du congrès se sont déroulés en présence d’un impressionnant parterre d’hommes politiques et religieux et des têtes couronnées. Au nombre de ces personnalités on peut citer les députés Lazare Sèhouéto de l’Union fait la Nation,  Epiphane Quenum du Rdr, l’ancienne ministre  Adidjatou Mathys  du mouvement Furd et Wallis Zoumarou de l’Alliance Abt.

Le Rcr-Laada, pour redonner au Bénin son aura d’avant 60 et de 90

Dans l’allocution qu’elle a prononcée lors du congrès, Amicétou Affo Djobo après avoir montré que l’espoir suscité par la Conférence des forces vives de la Nation s’est envolé et que le Bénin traverse une période de crise des valeurs et de régression sociale et politique, a indiqué que le Rcr-Laada est né pour mettre fin au scénario « wahala » qui a atteint son paroxysme. « La création de ce mouvement baptisé Rassemblement citoyen pour la République (Rcr-Laada) participe de cette dynamique nouvelle ancrée sur la promotion de la gouvernance de qualité et la référence aux valeurs citoyennes et républicaines », a expliqué la présidente du Rcr-Laada appelle les populations à reprendre leur place dans l’œuvre  démocratique de notre pays, le Bénin. Mouvement de masse qui entend œuvrer, entre autres, pour la démocratie participative pour proposer des solutions aux nombreux problèmes des Béninoises et Béninois, le Rcr-Laada sera engagé aux côtés des partis politiques et des mouvements citoyens qui oeuvrent depuis toujours à l’instauration d’une bonne gouvernance dans notre pays. Cela, en vue de continuer avec eux le chemin qui permettra à notre pays le Bénin de retrouver son aura des années 1960 où il était appelé Quartier Latin de l’Afrique et des années 1990 où, à travers la réussite de son passage de la dictature à la démocratie était cité comme un exemple en Afrique.

Affo Djobo, femme dont le Bénin a besoin

Contrairement à ce que pourraient penser certaines personnes, la naissance du Rcr-Laada a été très saluée dans l’arène politique. En témoigne le parterre de personnalités présentes. Dans leurs différentes allocutions,  Lazare Sèhouéto, Epiphane Quenum, Wallis Zoumarou et Adidjatou Mathys ont tous loué l’initiative de l’ancienne députée dont ils ont salué les mérites. « Chère population de Bassila, vous avez à la tête du Rcr-Laada une femme de charisme, d’expérience et de vérité », s’est exprimée l’ancienne ministre Adidjatou Mathys qui précisera que «la Nation a besoin des femmes de sa trempe pour se tenir debout ». Abordant dans la même lancée, le député Epiphane Quenum invitera les jeunes, femmes et hommes à se mobiliser lors des prochaines législatives pour envoyer à l’Assemblée des hommes et des femmes valeureux capables de répondre à leurs aspirations.

Et leur appel n’est apparemment pas tombé dans des oreilles de sourds. Représentant des jeunes lors de ce congrès, Yantékoua Frédéric, a rassuré de l’amazone Affo Djobo de l’engagement des jeunes. « Notre engagement est total auprès de l’honorable Amicétou Affo Djobo », a-t-il affirmé avant d’ajouter qu’ils iront repandre dans toutes les contrées du Bénin, les idéaux du parti Rcr-Laada.

Rappelons que lors du congrès un vibrant hommage a été rendu aux feusAmadou Alphonse Alley, Maître Ahamed Akobi et Me Zakary Sambaou.