La Nouvelle Tribune

Les travailleurs et les peuples dans les rues pour «libérer» l’Ortb

Espace membre

Comme annoncé, les travailleurs et les peuples ont marché ce mercredi sur l’Ortb pour protester contre la confiscation des médias du service public au profit du président et des Fcbe et exiger la mise en œuvre d’une nouvelle grille.

Elle a eu lieu. La marche de protestation des travailleurs et des peuples contre la confiscation des médias de service public au profit du président de la République et de sa famille politique s’est déroulée hier mercredi 4 février 2015. Le soleil de plomb qui s’est levé sur Cotonou n’a pas empêché les manifestants de descendre dans les rues pour dire « Non à la confiscation de l’Ortb ». Les marcheurs sous la houlette du Forum des travailleurs et des peuples pour un autre système de gouvernance sont partis de la Bourse du travail de Cotonou pour l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (Ortb) suivant le trajet Bourse du Travail- carrefour Unifrica- Etoile Rouge- Commissariat Cadjèhoun- Codiam- carrefour Cadjèhoun- Ministère de l’agriculture- Ortb. Tout au long du trajet, les manifestants encadrés par une horde d’hommes en uniforme ont  scandé des slogans hostiles au directeur général de l’Ortb, Stéphane Todomè, et au chef de l’Etat. Sur les pancartes qu’ils avaient, les travailleurs et les peuples ont demandé la démission du Dg Todomè et ont appelé le président Boni Yayi « devenu Charlie » à libérer la télévision nationale.

Motion des travailleurs

Dans la motion qu’il a lue au nom des manifestants, le coordonnateur du Forum, Laurent Mètongnon, après avoir rappelé que l’Ortb est un service public dont le fonctionnement coûte plusieurs milliards aux contribuables béninois, a dénoncé le fait que la télévision soit devenue un instrument exclusif de propagande et de campagne aux seules mains du président Yayi et de sa famille politique. Il a également vertement critiqué le système de gouvernance en cours à l’Ortb qui nie aux journalistes le droit d’exercer en toute responsabilité et dignité leur métier. Les manifestants dans leur motion ont vigoureusement protesté contre cette confiscation des antennes de la télévision et ont exigé du directeur général Todomè la mise en œuvre d’une grille qui garantisse l’accès équitable au service public, du principe déontologique de l’équilibre de l’information, l’organisation des débats contradictoires, du traitement des sujets présidentiels suivant les standards universels du journalisme et surtout, le libre exercice des journalistes de leur métier. Aussi exigent-ils la levée de toutes les sanctions qui frappent les journalistes Ozias Sounouvou, Prévert Noutéhou et Renaud Akakpo et leur retour au Jt de 20h.

« L’Ortb ne fait qu’appliquer les textes »

Venu avec ses collaborateurs recevoir la motion des bouillants manifestants devant le portail de la maison de la télévision fortement militarisée, le Dg Todomè a expliqué à ses visiteurs que l’accès à l’Ortb est régi par des textes. Notamment la décision 98-050 qui a modifié la décision 95-062 qui réglemente l’accès aux médias de service public et qui dit ceci : l’accès des membres du gouvernement et du Chef de l’Etat est illimité. « L’Ortb ne fait qu’appliquer les textes que la Haac a votés et qui nous permet de faire le travail », a dit le Dg de l’Ortb avant de rassurer les manifestants de ce que leur appel a été entendu et qu’une nouvelle grille entrera en vigueur très bientôt.

Cette assurance n’a pourtant pas rassuré Laurent Mètongnon et ses compagnons qui ont promis revenir une autre fois si rien n’est fait. Précisons que les marcheurs qui très déçus de ce qu’est devenue la télévision nationale du Bénin demandent la démission du Dg Todomè ont reçu le soutien d’organisation de Béninois de la diaspora.