La Nouvelle Tribune

Fonction publique au Bénin : les propos graves du ministre Simplice Codjo

Espace membre

Le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et des cultes, Simplice Dossou Codjo a mis les pieds dans le plat. Dans une récente déclaration au cours d’un meeting politique dans la vallée de l’Ouémé, le patron des flics invite les « siens » à rejoindre la majorité présidentielle s’ils veulent réussir aux concours d’entrée à la fonction publique.

Au gouvernement, la maîtrise de la parole n’est pas la chose la mieux partagée. Pour plaire au Chef de l’Etat et amener vers lui le bétail électoral,  les ministres font parfois des déclarations qui portent gravement atteinte à leurs fonctions et rangs de ministres. C’est dans ce registre que s’est illustré il y a quelques jours le ministre de l’intérieur Simplice D. Codjo. Le très controversé ministre de l’intérieur, alors en meeting dans son prétendu fief de la vallée de l’Ouémé tient des propos graves qui entachent gravement l’image du gouvernement. « C'est parce que vous faites l'opposition que vous ne réussissez pas aux concours, voulez-vous souffrir davantage? », lance imprudemment le ministre à la foule.  Son souhait est de voir les populations de sa région d’origine adhérer au fan club de son chef et de voter massivement pour les Fcbe lors des prochaines élections. Cela voudrait dire que seuls ceux qui ont des atomes crochus avec le pouvoir réussissent aux concours pour entrer à la fonction publique. Le fait que ces propos soient tenus par un ministre y donne toute une importance, toute une solennité. On se plaignait du concours frauduleux organisé par le ministère de la fonction publique, ces propos semblent confirmer cela. En parlant ainsi, le ministre compromet les efforts faits par l’actuel ministre du travail pour espoir aux jeunes. En liant la réussite aux concours à la coloration politique, le ministre livre un secret de polichinelle mais incite les populations à adhérer de force à cette coalition politique et à voter pour la liste du Chef de l’Etat. Il s’agit d’une menace grave à la liberté d’association consacrée par la Constitution béninoise et qui veut que chaque béninois puisse avoir la possibilité de militer dans l’association de son choix. Mais cette déclaration ne devrait étonner personne. Elle fait suite à une déclaration similaire tenue par le ministre Dègla dans sa commune natale promettant  faire entrer un jeune du village d’entrer à la fonction. Tout  ceci à l’image du gouvernement qui  manque de cohésion et où chacun se met au service du président de la république qu’on cherche à séduire maladroitement partout.