La Nouvelle Tribune

Fête des religions endogènes : 2015, année de tous les dangers au Bénin selon les prêtres vodoun

Espace membre

Réunis le samedi 10 janvier à l’occasion de l’édition 2015 de la fête annuelle des religions endogènes communément appelée « fête du vodoun », les dignitaires des cultes vodoun ont porté à la connaissance du peuple béninois la prédiction d’une année 2015 tumultueuse pour le pays. 

«  Les messages reçus sont défavorables sur tous les plans. La paix est menacée, ça a déjà commencé ».  C’est en résumé ce qu’a rapporté samedi soir sur la chaîne de télévision publique, le haut dignitaire des cultes vaudouns, Hounnon Behounbèza qui a fait la synthèse des prédictions annoncées par l’oracle, consulté pendant les manifestations rituelles  de la fête des religions endogènes, dite fête du vodoun, célébrée au Bénin chaque 10 janvier depuis 25 ans.

Un message plus inquiétant que celui de l’année précédente à en croire les explications du prêtre vodoun. « Chaque année le même vient parce que on ne prend pas les dispositions nécessaires pour conjurer ces maux » a déploré Hounnon Bèhounbèza  qui s’est également plaint de l’indifférence, d e la négligence des autorités au sommet de l’Etat vis-à-vis des recommandations que  font  chaque année, le collège des dignitaires de culte vodoun  à l’occasion de la fête des religions endogènes. Dans la situation actuelle indique-t-il, « on a besoin de prières intenses ».

Prenant la mesure de la gravité de la prédiction de l’oracle, dans les couvents, assure le prêtre Thron, les adeptes vodoun prient pour que le Bénin soit épargné des évènements tragiques. « Nous faisons des prières pour la paix on a demandé à Dieu aux mânes de nos ancêtres de bénir le Bénin » a-t-il dit.  La tâche ne revient pas seulement. Les dignitaires vodoun, appellent, les frères, les concitoyens à  «chercher la paix la cohésion entre eux-mêmes». Dans son intervention, le dignitaire Hounnon Bèhounbèza, a également déploré l’attitude belliqueuse des fidèles des religions chrétiennes qui mettent à mal le principe de la laïcité inscrite dans la constitution béninoise.  « Les frères dans les autres religions ne font que vilipender nos religions endogènes » constate-t-il, clarifiant que « nos religions ne sont pas du diable ».

Et de deux !

Bien avant cette prédiction faite à l’occasion de la fête du vodoun, un autre collège de prêtres du Fâ, l’oracle, avaient prévenu les autorités béninoises sur les risques d’instabilité qui pèsent sur le pays en cette année. Ils s’étaient réunis pour une importante consultation de l’oracle dite Tofâ. Une pratique séculaire héritée de l’époque monarchique où au royaume du Danxomè, le roi s’informe auprès de l’oracle pour savoir les rituelles à faire pour éviter des tragédies dans la nouvelle année. Tous les dignitaires qui ont consulté à l’occasion de la fête du vodoun et ceux qui consultent le Tofâ ont également déploré l’indifférence observée aux prédictions qui selon eux, se sont souvent réalisées.