La Nouvelle Tribune

Kérékou-Soglo-Yayi : rien de bon selon le Pcb

Espace membre

Témoin de l’animation de la vie politique béninoise depuis plus de 35 ans, le Parti communiste du Bénin (Pcb), au cours du point de presse qu’il a tenu le 02 janvier dernier après la célébration du 37ème anniversaire de sa création, a vilipendé la gestion du pays sous les régimes de Mathieu Kérékou, Nicéphore Soglo et de l’actuel chef de l’Etat Boni Yayi. 

Revenant sur l’historique conférence des forces vives de la nation de 1990 qui a conduit le pays à l’adoption de la Démocratie, Jean Kokou Zounon, le porte-parole du Pcb a déclaré que « la Conférence nationale a tenté de consolider le système, le mode de gouvernance basée sur l’impunité des crimes politiques et économiques, sur le placement des hommes à des postes stratégiques pour le pillage des ressources du pays au profit des puissances étrangères et de leurs réseaux mafieux ». A en croire M. Zounon, «ceux qui disaient que la fatalité était vaincue » au terme de la conférence nationale, « trompaient et dupaient le peuple ».

Concernant la gestion du pays par Nicéphore D. Soglo, Mathieu Kérékou et Boni Yayi, les trois hommes qui ont été élus à la tête du pays pendant les près de 25 ans de démocratie, au lendemain de ces assises nationales, le Pcb reste sur sa fin. « On aura ainsi vu et dénoncé la gestion clanique de Soglo. On aura vu la gestion scandaleuse de Kérékou 2 et 3 avec des scandales et des élections truquées en 1996 et 2001. C’est de ce système qu’a hérité Boni Yayi avec les scandales sans fin » relève le porte-parole du Pcb ajoutant que « sous Boni Yayi, toutes les élections sont ouvertement frauduleuses ». Pour le Pcb et l’alliance de la Convention patriotique des forces de gauche à laquelle il appartient, « penser aujourd’hui à des élections transparentes et crédibles avec la Lépi ‘’corrigée’’ par le Cos-Lépi aux mains de députés candidats, est une duperie ». Pour eux, la seule chance d’avoir aujourd’hui, des élections transparentes au Bénin, c’est d’organiser les élections avec « une liste ad’hoc ».