La Nouvelle Tribune

Examen de loi mettant fin au mandat des maires : la séance plénière d’hier ajournée

Espace membre

42 voix pour, 00 contre et 27 abstention. C’est par ce vote que les députés ont ajourné la séance plénière de ce lundi 15 décembre 2014. Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour de ladite séance plénière.

Ces trois points sont  l’examen de la proposition de résolution visant à mettre fin aux poursuites judiciaires contre le député Orou Sé Guéné, l’examen de la proposition de loi dérogatoire mettant un terme au mandat des maires et l’examen de la loi sur le barreau en République du Bénin. En effet, la plénière prévue pour la matinée n’a effectivement démarré qu’en début d’après-midi. Après la lecture des différentes communications et du compte-rendu sommaire de la séance précédente, le député des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), Daouda Takpara n’a même pas attendu l’annonce du premier point de l’ordre du jour de la plénière avant de demander l’ajournement de la séance plénière. Une demande qui a surpris plus d’un au sein de l’hémicycle. Or conformément aux dispositions de l’article 46 du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale « ont priorité dans l’ordre où elles figurent ci-dessous, surtout les propositions principales visant la question en discussion, les propositions tendant à :1-suspendre la séance ; 2-ajourner la séance à un jour où une heure déterminée ; 3-renvoyer une question à une commission ; 4-remettre la discussion d’une question à un jour déterminé ou sine die ; 5-introduire un amendement. Il est statuer sans débats sur toute proposition touchant la suspension ou le simple ajournement de la séance ». C’est  pourquoi, le député Fcbe, Zéphirin Kindjanhoundé affirme « Je suis confus, si le collègue n’arrive pas à donner des arguments probants qui puissent nous faire plier, on risque de ne plus tenir des séances plénières jusqu’à la fin de cette mandature parce que, chacun peut se lever à tout moment et demander que vous ajourniez ». C’est dans cette confusion entretenue par les députés de la majorité parlementaire que la séance a été ajournée conformément à la volonté de son demandeur. C’est dire que les deux dossiers importants qui devraient être examinés en plénière sont désormais reportés sine die

Orou Sé Guéné doit se constituer prisonnier

Selon les informations recueillies des sources proches de la commission des lois, les membres de la commission des lois étaient réunis pour débattre du dossier relatif à leur collègue Orou Sé Guéné. Après l’audition du député en question, les members  de cette commission ont demandé au député de se constituer prisonnier. Ce qu’il aurait déjà accepté. Mais ses collègues de la majorité parlementaire ont dû trouver la formule d’ajournement pur et simple de la séance plénière. Cette trouvaille des députés de la mouvance constitue un coup dur pour leurs collègues de l’opposition et certains députés de la mouvance qui comptaient sur la minorité de blocage pour s’opposer  aux velléités de la majorité de soustraire le député des griffes de la justice