La Nouvelle Tribune

Groupe parlementaire «Cohésion nationale et paix» : Atao Hinnouho sauve Candide Azannai

Espace membre

Le groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix » présidé par le député Candide Azannai qui avait vu sa vie écourtée du fait de la démission d’un de ses membres il y a quelques mois de cela, en la personne du député Issa Salifou, vient de renaitre de ses cendres. 

En effet, à l’occasion de la séance plénière tenue le vendredi dernier au palais des gouverneurs à Porto-Novo, ce groupe parlementaire a été reconstitué et est toujours  présidé par le même député Candide Azannai. La déclaration de constitution a été lue à la tribune par ce dernier. Le président du groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix » déclare que ce groupe parlementaire s’inscrit dans l’opposition politique au pouvoir du président Boni Yayi.

Déclaration de constitution du groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix»

Monsieur le président de l’Assemblée Nationale,

Je viens vous remettre aux noms des soussignés, la déclaration de constitution du groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix ». Le groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix » qui est une reconstitution s’inscrit dans l’opposition politique au pouvoir actuellement en place chez nous en République du Bénin.

Les députés membres soussignés déclarent librement et en toute conscience adhérer à cette option politique. Ils s’engagent à œuvrer à la sauvegarde des acquis du renouveau démocratique en vue de la promotion des droits de l’homme, des droits politiques, des droits sociaux et des droits économiques.

Le groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix » est présidé par monsieur Candide A. Marie Azannai.

Suivent les soussignés membres :

1-Fikara Sacca

2-Houdé Aditi Valentin

3-Bani Samari

4-Azannai Candide A. Marie

5-Ahouanougan Koffi

6-Houangni Parfait

7-Quenum Epiphane

8-Camarou M. Ali

9-Atao Mohamed Hinnouho

Le groupe parlementaire « Cohésion nationale et paix » est ouvert à tout parlementaire qui désire contribuer au renforcement de l’ordre constitutionnel issu du consensus national réalisé par le peuple souverain en 1990 à l’occasion de l’historique Conférence nationale des forces vives de la Nation.

Porto-Novo, le 11/12/2014