La Nouvelle Tribune

Fédération béninoise de football : 9 membres du comité exécutif dénoncent la gestion solitaire de Ahouanvoébla

Espace membre

Les membres de la Ligue de football du Bénin (Lfb) sont montés au créneau hier à la salle polyvalente du Conseil économique et social (Ces) pour dénoncer la gestion solitaire et opaque des affaires de la Fédération par le président Ahouanvoébla. Ils ont annoncé que le championnat est reporté à une date ultérieure.

On y est. Le malaise qui ronge le comité exécutif de la Fédération  béninoise de football (Fbf) est mis sur la place publique. Hier, neuf membres du comité exécutif et membre de la Ligue de football du Bénin (Lfb) ont tenu un point de presse pour faire un certain nombre de révélations. Avec à leur tête Valère Glèlè, premier vice- président du comité exécutif de la Fbf, ces membres de la Lfb ont précisé que seul la ligue est habiletée à organiser les championnats de ligue 1 et de ligue 2. Mais force est de constater que c’est le président de la fédération qui se charge de prendre des initiatives pour l’organisation d’un prochain championnat. Mieux, Valère Glèlè fait observer que des préalables n’ont pas été réglés et on veut lancer le championnat. Lors du championnat dernier, c’est Valère Glèlè qui a payé les arbitres pour les cinq premières journées. Et à l’heure actuelle, la ligue doit aux arbitres, aux commissaires aux matches, aux diverses commissions chargées de gérer ce championnat. Sur un budget de 125 millions, la ligue n’a reçu que 10 millions pour mener à bien le championnat dernier. Alors, ils estiment qu’il faut régler ces dettes avant de lancer un autre championnat. Aussi, ils exigent que des subventions soient mises à la disposition des clubs et de la ligue. Car, les membres de la ligue travaillent dans des conditions exécrables et sans bureau. Les locaux de la ligue demeurent sans eau ni électricité. Il faut donc réfectionner les locaux et le budget est de 10 millions de FCFA. La ligue n’a reçu aucun sou malgré les nouvelles ressources de la Fifa. Le sponsoring annoncé à grand renfort médiatique n’est toujours pas effectif. Ces neuf membres demandent que la réunification de la famille du football béninois soit concrétisée avant le démarrage du championnat

Ahouanvoébla plus fort, gestion opaque

Les conférenciers par la voie du vice- président Glèlè ont dénoncé une gestion solitaire et opaque des fonds de la fédération. Valère Glèlè explique qu’il est signataire des actes à la fédération mais il n’a jamais signé pour le décaissement de fonds depuis lors. D’ailleurs, aucun des membres présents à ce point de presse n’a connaissance des avoirs de la fédération. C’est dire qu’ils ne savent rien des entrées et sorties de fonds à la Fédération. Ils ne savent pas combien la Fifa envoie et combien l’Etat béninois donne à la Fédération. Donc, ils ne maîtrisent pas comment ces fonds sont dépensés. «Nous ne savons rien de ce qui se passe», a lâché Valère Glèlè. Le président de la Lfb relève que c’est pour qu’un seul individu ne dirige  tout qu’ils ont fait partir l’ancienne équipe. Mais qu’aujourd’hui, on a «un président plus fort qu’avant». Comme quoi, la lune de miel est définitivement terminée entre le président de la fédération et certains membres du comité exécutif.

Etaient présents à ce point de presse, Valère Glèlè, Magloire Oké, deuxième vice-président, Pédro Ayéma, troisième vice-président, Issifou Saadath, chargée du football féminin, Faustin Godovo, William Fangbédji, Antoine Koutonin, Imorou Ibrahim et Liamidi Soumanou. Augustin Ahouanvoébla, président de la fédération doit vite revoir sa copie.

Le Ministre Affo interpellé

Le public sportif béninois est maintenant bien éclairé. Les fonds qui parviennent à la Fédération béninoise de football ne sont pas gérés comme cela se doit. Un groupe très restreint s’accapare de tout. Si les fonds envoyés par la FIFA ne doivent pas faire objet d’audit de la part de l’Etat béninois, le ministre des sports peut aller vérifier les sous des béninois. L’argent du contribuable qui est mis à la disposition de la Fédération peut être audité. Alors Safiou Idrissou Affo, ministre des sports doit saisir la balle au bond et diligenter expressément une inspection générale de l’Etat à la Fbf. On doit savoir comment sont gérées les ressources que la nation a confiées à la fédération pour l’avancement de notre football. Il est tant de taper du poing sur la table et de demander des comptes à Ahouanvoébla et son équipe. On attend donc de voir la réaction du ministre qui a reçu les neuf membres mécontents mercredi dernier parce qu’ils lui ont envoyé une note pour présenter la situation.