La Nouvelle Tribune

Correction de la Lépi : la diaspora béninoise exige sa prise en compte

Espace membre

Le président mondial du Haut conseil des béninois de l’extérieur par une correspondance invite le Conseil d’orientation et de supervision de la Lépi (Cos-Lépi), à prendre en compte la diaspora béninoise dans la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi)

Ils ne veulent pas être des laissés pour compte de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). Les Béninois de l’extérieur entendent jouer leur partition dans le développement de leur nation. Pour cela, ils veulent être pris en compte dans la réalisation de la Lépi. Par une correspondance datée du 27 novembre 2014, Anicet Gabriel Kotchofa, président mondial du Haut conseil des béninois de l’extérieur porte à l’attention du Cos-Lépi «la très grande préoccupation de nos compatriotes de la diaspora, au sujet de leur prise en compte dans la Lépi qui est dans sa phase de finalisation». Le professeur indique que la campagne de communication en cours pour cette dernière étape de la Lépi, ne fait nullement mention des Béninois établis hors du pays.

Mieux, dans les Ambassades du Bénin et au niveau du ministère des Affaires étrangères, aucune mission n’est annoncée et n’est apparemment prévue pour compléter et finaliser l’enregistrement de l’importante population, estimée à 4 millions, des Béninois résidant à l’étranger. Donc, légitimement, ces Béninois se sentent laissés sur le carreau. Alors, il invite le président du Cos-Lépi, Sacca Lafia, à prendre les dispositions idoines pour la prise en compte de ces Béninois de la diaspora qui se retrouvent à trois niveaux dans le processus d’inscription à savoir les Béninois de l’extérieur recensés lors de la première étape de 2010-2011 de la Lepi, les Béninois de l’extérieur âgés de 12 ans et plus au 31 décembre 2013 ayant participé à la première phase de 2010-2011 et non encore enregistrés sur les kits biométriques et les Béninois de l’extérieur qui sont ou seront en âge de voter au moment des élections à venir et qui ne sont pas du tout enregistrés à ce jour.

Et étant donné l’extrême imminence de la fin annoncée de la procédure de correction de la Lépi et afin de sensibiliser tous les décideurs à la nécessité de mettre à disposition les moyens de solution, le président Kotchofa alerte «l’opinion nationale et internationale sur les hypothèques qui pèsent actuellement sur l’exercice des droits civiques des quelques quatre millions de Béninois de la diaspora. Le Cos-Lépi aura-t-il le temps et les moyens pour prendre en compte la diaspora?