La Nouvelle Tribune

Meeting de Ben Alignonon à l'UAC : face à l’impasse électorale, les étudiants proposent le vote d’une loi dérogatoire

Espace membre

La situation politique que vit le Bénin actuellement intéresse les responsables du Cercle d’actions des jeunes pour la refondation(Cajar). Hier, son président Ben Aligbonon s’est entretenu  avec les étudiants à cet effet. Après avoir été informés des vrais mobiles de l’impasse électorale actuelle, les étudiants proposent une autre solution que les marches de protestation. Il s’agit du vote d’une loi dérogatoire pour accéler le processus.

Auréolé de sa casquette politique, Ben Aligbonon est allé à la rencontre des étudiants hier à l’Université d’Abomey -Calavi. Le restaurant universitaire qui servait de cadre à ce meeting politique était plein comme un œuf. Une rencontre de vérité qui a permis au coordonnateur du Cajar d’expliquer la crise politique aux étudiants.        Ce fut une rencontre de vérité où les étudiants ont aussi donné leur point de vue et fait des propositions. Parlant de la marche des forces politiques de ce jour et de demain, le coordonnateur national du Cajar, tout en reconnaissant que la marche est une mode d’expression démocratique qui permet aux peuples d’exprimer leurs positions, il trouve qu’elle n’est toujours pas efficace en toute circonstance. Dans la situation sociopolitique actuelle, affirme-t-il, elle doit servir de moyen de pression sur le parlement qui est la seule institution qui légifère et qui semble être pluripotente en ce qui concerne l’organisation des élections. Séduits par la sincérité des propos de Ben Aligbonon, les étudiants, tout en déplorant la non organisation des élections, trouvent que cette situation n’est pas imputable au gouvernement qui a joué sa partition en mettant les financements nécessaires pour l’apurement de la liste électorale. Ainsi vu, c’est plutôt au Cos-Lépi que les politiciens doivent demander des comptes et non au gouvernement et à son chef. Chose vraiment curieuse et qui a surpris plus d’un étudiant, les députés de l’opposition qui veulent marcher pour protester sont aussi membres du Cos-Lépi. Ben Aligbonon se demande si ce n’est pas le voleur qui crie au voleur. Car, ajoute-t-il, ceux qui demandent au Chef de l’Etat de vite convoquer le corps électoral veulent l’induire en erreur.  

Emplois, climats des affaires…

   En ce qui concerne l’emploi des jeunes, après avoir loué les efforts du gouvernement pour réduire considérablement le taux de chômage au Bénin en promouvant les l’agro-business et d’autres secteurs porteurs, il a invité les jeunes à s’informer sur ces mesures et des structures compétentes comme l’Apme, le Fneej, l’Anpe et le Volontariat. Ben Aligbonon n’a pas occulté les nombreux recrutements au profit de la fonction publique. Pour ce qui est des climats d’affaires, le coordonnateur a rappelé les Rapports Doing Business et autres qui indiquent les aiguilles au vert pour le Bénin. Après avoir écouté le coordonnateur du Cajar, les étudiants ont clairement déclaré n’être demandeurs de la moindre marche. Ils ont démontré qu’ils sont plus préoccupés par les problèmes de l’emploi que les problèmes politiques.