La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale : le dernier hommage au député Thomas Ahinnou

Espace membre

Le député des Fcbe, Thomas Ahinnou a été frappé tragiquement par la mort le 01 novembre 2014 dernier à l’âge de 63 ans. Il a été inhumé hier dans son village natal. Mais avant qu’il ne repose dans sa dernière demeure, il a reçu au niveau de l’Assemblée nationale, les derniers honneurs dus à son rang de député et de membre de la haute Cour de Justice.

C’est sur l’esplanade intérieure de l’institution parlementaire que le cercueil contenant sa dépouille a été exposé devant un parterre de personnalités, de députés, d’anciens députés, et des membres des différentes institutions sans oublier le préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau. Deux oraisons funèbres ont marqué la cérémonie d’hommage, la première est prononcée par le député Rachidi Gbadamassi, président de son groupe parlementaire « Fcbe-Refondation et Emergence » et la seconde par le président de l’Assemblée nationale, Mathurin Coffi Nago. « Cette voix s’est donc éteinte, définitivement, à jamais, et nous n’y pouvons malheureusement rien. Ceci confirme, s’il en était encore besoin, l’impuissance de l’homme devant ce grand mystère de Dieu », c’est par ces mots pleins d’angoisse que le président a entamé son intervention devant l’assistance et ceci suite à 60 secondes de passage audio de l’extrait de la voix de feu Thomas Ahinnou lors des débats relatifs au code des douanes. « Thomas Ahinnou nous aura tous surpris par son départ brusque et inattendu » a martelé le président Nago qui dira que « sa disparition brûlante a plongé le Parlement dans une profonde affliction et me touche de façon singulière eu égard à notre complicité politique et intellectuelle, pour les bonnes et justes causes ». Le président Nago poursuit en affirmant « le destin n’a pas voulu que tu achèves avec nous la 6è législature qui tire à sa fin. Tu nous quittes à un moment où notre Parlement a un grand besoin des hommes de valeur, de vérité et de courage que tu fus ». Pour finir, il a remercié tous les députés présents et tous les présidents d’institutions qui ont honoré de leur présence ladite cérémonie. Le président Nago n’a pas occulté d’encourager tous les membres de la famille de feu Ahinnou. Suite  aux oraisons funèbres, suivra le recueillement devant la dépouille de l’illustre disparu avant son départ vers son village natal pour l’inhumation. Pour mémoire, feu Thomas Ahinnou a fait ses études primaires à l’Epp de Comè puis ses études secondaires successivement à Grand-Popo et à Cotonou. Il effectuera sa formation universitaire en sciences économiques à l’Université nationale du Bénin avant d’intégrer le Centre d’étude et de perfectionnement en administration publique (Cefap) d’alors, d’où il sortit en 1982. Il prit service la même année au sein de l’administration des douanes béninoises où il exerça pendant 25 ans, avec compétence et professionnalisme. Colonel des douanes, il occupa des années durant, de hautes fonctions dans cette importante administration béninoise. Après son cursus, il sera député élu sur la liste des Fcbe pour le compte de la 5è législature et réélu sur la même liste pour le compte de la 6è législature. Malheureusement, il n’a pas eu la chance de terminer cette 6è législature avec ses collègues avant que la mort ne le fauche