La Nouvelle Tribune

Bénin : Boni Yayi poursuit son plan de déstabilisation de la Rb

Espace membre

Le Chef de l’Etat vient de poser un nouvel acte dans son plan de déstabilisation de la Rb. Dans les dernières nominations, Yayi a nommé des militants des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) et alliés provenant des fiefs des Houézèhouè. Ceci en  violation de l’accord secret qui les lie.

Le partenariat Rb-Mouvance présidentielle est en souffrance. Ceci à cause des actes posés et de décisions prises par le Président de la République, Chef de la majorité présidentielle et font douter de sa bonne foi dans son alliance avec le parti de Léhady Vinagnon SOGLO.

La nomination en conseil des ministres, le 25 novembre 2014, de Bernadin Aligbonon, coordonnateur des FCBE à Bohicon, au poste de Directeur Général du Fonds National pour l’Environnement et le Climat en est une preuve. Celui-ci a organisé, il ya quelques deux mois, une marche sur le plateau du Zou avec la participation de plusieurs ministres du gouvernement pour s’en prendre à la RB et à ses dirigeants dans cette localité. Ce ne sera pas tout.

Agbossaga Camille, est fait Directeur de l’Appui à la Salubrité Publique et au Maintien de la Propreté. Il est un proche parent de dame Elisabeth Agbossaga du parti UDC-Nounagnon, un allié des FCBE. Cette nomination prononcée pour le compte du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Assainissement dirigé par Christian Sossouhounto de la RB, ne peut être du bon goût des Houézèhouè au regard des batailles féroces que livre dame Elisabeth Agbossaga au jeune Maire de Bohicon et Secrétaire Exécutif National de la RB, Luc ATROKPO.

De même, le Président Boni Yayi, en finissant par nommer Noëlie APITHY, militante de la RB, comme Secrétaire Exécutif Permanent de la CENA, a dans la foulée prononcé les nominations de Bernadin Aligbonon et de Camille Agbossaga, politiquement défavorables à la RB. Rappelons d’ailleurs que la nomination de Noëlie APITHY a mis du temps à intervenir. Le dénouement est arrivé grâce aux pressions qu’ont faites les hommes des médias qui ne supportaient plus de voir la CENA fonctionner sans son Secrétaire Exécutif. D’autres nominations intervenues chez le ministre Christian Sossouhounto ne sont somme toute que des confirmations de fonctionnaires occupant déjà pour la plupart, les postes qui leur sont revenus. De quoi faire dire que le Président Boni Yayi n’accorde qu’une attention médiocre à son partenariat politique avec la RB.

Ce sont là des signes évidents du marché de dupes qui continue. Car, le groupe parlementaire Nation et Développement de la RB avait été victime d’une tentative de déstabilisation avec le débauchage de trois de ses députés. La mouvance présidentielle avait été indexée d’avoir perpétré ce forfait. Le portefeuille ministériel laissé à la RB n’est que la portion congrue du MEHU scindé en deux. Aucune mesure compensatoire n’a été décidée et actée par le Chef de la majorité présidentielle.

 A cette liste, viennent s’ajouter les attaques et acharnements politico-médiatiques dont fait objet l’équipe dirigeante de la Ville de Cotonou avec des procédures de gestion d’une autre époque, mais appliquées par l’Etat Central.

La RB et son bureau politique doivent enfin faire le bilan du partenariat et tirer toutes les conséquences politiques de cette fourberie