La Nouvelle Tribune

Suite aux nombreuses ...

Espace membre

place maintenant aux débats contradictoires ! 

 Vivement que les répliques tous azimut laissent maintenant place à des débats contradictoires sur chacun des points relevés dans la déclaration commune des quatre plus grandes formations politiques..Pour avoir, dans une déclaration commune mercredi dernier peint presque en noir le tableau du changement, les quatre plus grandes formations politiques du Bénin sont au cœur de nombreuses répliques. De Cotonou à Parakou en passant par les Collines, les répliques fusent de partout depuis mercredi dernier. Responsables de partis politiques, membres du gouvernement, personnalités, jeunes mouvanciers et autres soutenant les actions du chef de l’Etat tentent donc d’organiser chacun à sa manière, la réplique. Ainsi, après le député Benoît Dègla qui au nom des partis, mouvements et associations soutenant les actions du gouvernement a ouvert le bal, son collègue André Dasoundo, le ministre Galiou Soglo, les hommes politiques ayant soutenu par le passé le régime Kérékou tels que Idrissou Ibouraïma, Nazaire Dossa, El Farouk Soumanou et consorts lui ont emboîté le pas. Malheureusement, observent la plupart des observateurs interrogés, aucune de ces nombreuses répliques n’a pu apporter de manière précise des réponses aux douze grandes observations contenues dans la déclaration commune des quatre formations. Il s’agit entre autres de la violation de certains grands principes de la Constitution du 11 décembre 1990 ; du caractère incantatoire de la lutte contre la corruption ; de la gestion des grands dossiers de l’Etat…sur lesquels il convient que les deux parties acceptent de mener à la face du monde des débats contradictoires responsables. Ceci évitera à en croire ces observateurs de la vie politique nationale, la délation, les attaques personnelles et autres invectives gratuites contenues dans les échanges publics depuis mercredi dernier. Mais déjà certains redoutent d’une part que les représentants valables de chacun des deux camps acceptent les débats publics puis d’autre part l’atmosphère et le contexte desdits débats. Beaucoup se réfèrent pour ce faire à un débat qu’il y a eu vendredi soir dernier entre une femme député Fcbe et un représentant du groupe des quatre formations politiques au cours duquel le ton a sérieusement monté