La Nouvelle Tribune

Correction de la Lépi : après plusieurs reports, le recensement complémentaire peine à démarrer

Espace membre

De report en report, le recensement complémentaire à effectuer dans le cadre de la correction de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) peine à démarrer véritablement. Après les rendez-vous manqués du lundi 10 et mercredi 12 novembre, la nouvelle date fixée par le Cos-Lépi était ce dimanche 16. Descendue sur le terrain, notre équipe de reportage a tout constaté sauf le début de l’enregistrement complémentaire.

Très attendu depuis la fin de la saison de comédie politico-médiatique que nous ont offerte le Cos-Lépi et le gouvernement, le recensement complémentaire des populations dans le cadre du processus de correction du fichier électoral n’est pas encore effectif. Cette phase dite d’enregistrement complémentaire comprend deux volets. Primo, l’affichage de la liste issue de l’audit participatif de mars-avril dernier et la collecte des données biométriques des citoyens ayant leurs noms sur ladite liste. Secundo, l’affichage de la liste des citoyens dont les données biométriques existent déjà dans la base de données de la Lépi. La première opération est prévue pour durer dix jours. La liste provisoire restera, quant à elle, affichée pendant vingt-et-un jours. Mais Initialement prévu pour le lundi 10 novembre, le début de l’opération a été reporté au mercredi 12 novembre. Le Cos-Lépi, organe chargé de superviser la correction du fichier électoral, explique ce retard par la formation des délégués d’arrondissement à l’actualisation (Daa). Cependant, le rendez-vous du mercredi fut encore un échec.  Dans un communiqué en date du vendredi 14 novembre, le Cos-Lépi a donné une nouvelle date pour le début de l’opération: celle de ce dimanche 16 novembre. Et pourtant.

La Lépi par terre

Descendue sur le terrain hier, notre équipe de reportage a constaté que l’opération d’enregistrement complémentaire n’avait pas véritablement pris corps. Du moins, pas dans les centres de vote sillonnés dans les départements de l’Atlantique-Littoral et de l’Ouemé-Plateau. Non affichage de la liste des citoyens dont les données biométriques sont déjà enregistrées, affichage partielle de la liste provisoire, absence des agents d’enregistrement dans des centres de collectes. Dans certains centres, les listes affichées se sont décollées du mur et trainent par terre. Les agents au poste sont dans l’ennui étant donné que les populations ne sortent pas encore. Parmi les rares citoyens rencontrés, quelques-uns font constater que les rectifications faites durant l’audit participatif n’ont pas été prises en comptes. Ces rectifications portent sur la profession ou le lieu de résidence. D’autres citoyens, qui se sont fait enregistrer en mars dernier, n’ont pas retrouvé leur nom sur la liste provisoire. Dans tous les centres sillonnés, aucun kit d’enregistrement biométrique n’est encore déployé. Il en est de même pour les équipes devant assurer l’opération. A ce niveau, on nous apprend que plusieurs agents ont été formés pour la collecte de données biométriques. Tous ne seront pas retenus. Mais dans certains centres, les noms des agents sélectionnés ne sont pas encore divulgués. «C’est maintenant que nous chargeons les kits. La répartition sera faite d’ici demain (ce lundi, Ndlr)» renseigne Cedric Tolofon,coordonnateur Cos-Lépi du Littoral.

Incertitude sur la date du 17 décembre 2014

Selon le dernier calendrier en date du Cos-Lepi, la liste électorale sera prête le 17 décembre. Avec ce retard d’une semaine dans le démarrage de l’enregistrement complémentaire, on se demande si Sacca Lafia et son équipe pourront tenir dans ce délai. En septembre dernier, quand le président du Cos-Lépi a fixé le délai du 30 novembre, son collègue de la mouvance, Chabi Sika avait donné sa tête à couper si la liste était livrée à cette date. A l’annonce de la nouvelle date du 17 décembre, ce député cacique des Forces cauris pour une Bénin émergent (Fcbe) l’a qualifiée de magique. Visiblement l’histoire s’en va lui donner une deuxième fois raison.