La Nouvelle Tribune

Bénin : les condoléances de Nago à la famille Ahinnou

Espace membre

Suite au décès il ya environ une semaine de l’honorable Thomas Ahinnou, le président de l’Assemblée nationale, le professeur Mathurin Coffi Nago s’est rendu ce samedi 08 novembre 2014 au domicile de l’illustre disparu pour présenter ses condoléances et celles du parlement à la famille éplorée.

«  Depuis bientôt huit(8) ans nous avons mené le même combat, un combat difficile, mais noble et passionnant. Celui pour le triomphe de la vérité, pour la consolidation de la démocratie et l'Etat de droit, du développement socio-économique dans notre pays. Tu es parti trop tôt mais tu auras rempli une bonne part de ta mission dans l’engagement, la fidélité, la fraternité et la vérité. Nous tous parlementaires des 5è et 6è législature te disons un grand merci. Que Dieu, le tout puissant t'accueille et te récompense à la mesure de tes nombreux bienfaits ici-bas ». Ce sont là les inscriptions de la deuxième personnalité de l’Etat, Mathurin Coffi Nago, dans le livre de condoléances ouvert par la famille de Thomas Ahinnou décédé il y a un peu plus d’une semaine. Le président de l’Assemblée Nationale s’est rendu  ce samedi 08 Novembre 2014 dans la maison mortuaire où l’avaient accueilli deux veuves et cinq enfants et des parents proches de défunt député. A travers cette note, le président de l’Assemblée nationale vient de marquer la solidarité de l’institution parlementaire avec la famille du disparu. Occasion pour le président de l’Assemblée nationale d’encourager et d’inviter la famille à l’union, suite à cette disparition douloureuse. Il a mis en exergue les qualités du défunt. Suivra le recueillement et les civilités aux parents du disparu. C’était aux côtés de l’honorable Valentin Houdé, deuxième questeur à l’Assemblée nationale, des membres du cabinet du président de l’Assemblée nationale et certains cadres de l’administration parlementaire. Il faut signaler que le président Mathurin Nago était absent du pays lors du décès brutal de son collègue Thomas Ahinnou, mais depuis l’extérieur, des consignes avaient été donnés afin que les autres membres du bureau de l’institution parlementaire se rendent d’abord au chevet des parents du député disparu