La Nouvelle Tribune

Ministère de la fonction publique : le ministre Aboubacar Yaya veut une franche collaboration avec les syndicalistes

Espace membre

Après un précédent rendez-vous manqué, Aboubacar Yaya, le nouveau ministre de la fonction publique et ses collaborateurs se sont rendus vendredi dernier à la Bourse du travail en vue de consulter les responsables d’organisations syndicales pour créer une relation de confiance. 

Mais cette rencontre pour des dispositions pratiques n’a pu se tenir. Avoir une collaboration non conflictuelle avec les responsables des Centrales et Confédérations syndicales. C’est ce qui préoccupe le nouveau ministre de la fonction publique Aboubacar Yaya qui après un précédent rendez-vous manqué, s’est déplacé à la Bourse du travail vendredi dernier, avec une délégation de son département ministériel pour avoir des échanges sincères avec les premiers acteurs de la défense des droits des travailleurs béninois. Mais ces échanges n’ont pu avoir lieu comme prévu faute de disposition pratique. Le ministre, en effet, après avoir exposé l’objectif de la rencontre a indiqué qu’il voulait échanger rien qu’avec les secrétaires généraux. Chose que ceux-ci ont rejeté arguant que conformément à leurs règlements et statuts, ils ne peuvent avoir quelque discussion officielle sans la présence de quelques membres de leurs bureaux respectifs. Néanmoins les différents responsables syndicaux ont prodigué à chaud quelques conseils au nouveau ministre avant la rencontre proprement dite qui se tiendra ultérieurement. «Si vous êtes réellement notre camarade de lutte comme vous le dites, on est embarqué avec vous. et nous on est camarades entre nous, il y a problème» a prévenu Pascal Todjinou de la Cgtb. Aussi, a-t-il ajouté «si vous êtes avec ce corps des organisations syndicales, il ne faut pas vous fâcher, c’est le vrai ‘’suru’’ qui marche». Pour Paul Essè Iko de la Cstb qui prévient «il ne s’agit pas de nous rendre visite pour peut-être tenter de nous endormir». La première des choses à faire a-t-il assuré, tout comme son homologue Noël Chadaré, est de veiller à la satisfaction des revendications pendantes notamment celles des 1.25 des enseignants et des paramédicaux