La Nouvelle Tribune

Bénin : la marche de protestation de ce mercredi aura bel et bien lieu

Espace membre

Suite aux tentatives de dissuasion de la part du gouvernement pour empêcher la tenue de la marche citoyenne prévue pour ce jour,  les organisateurs de ladite marche sont montés au créneau hier mardi 28 octobre 2014. A travers une conférence de presse organisée au Chant d’Oiseau de Cotonou, ils ont confirmé  la tenue effective de la marche.

«  La marche aura bel et bien lieu  demain », a rassuré Orden Alladatin  et ses pairs hier au Chant d’Oiseau, à travers une conférence de presse qu’ils ont organisée à cet effet. Les intimidations du gouvernement sont donc sans effet et les informations nécessaires sur cette marche ont été exposées par les organisateurs au cours de cette conférence. Cette marche de grande envergure, est l’une des actions de la plate forme des forces démocratiques pour l’organisation des élections. Elle vise essentiellement à faire pression sur le gouvernement pour que les élections soient organisées et représente également  une opportunité pour les organisateurs de faire au gouvernement leurs approches de solution pour la sortie de crise. Ainsi, toutes les dispositions nécessaires pour la tenue effective de la marche sont prises, ont-ils affirmé. La Direction des services à la population (Dsp) de la mairie de la ville de Cotonou, par la voix du troisième adjoint au Maire, Augustin Houessinon  a donné son aval à cette manifestation. L’encadrement de la police aussi est déjà sollicité pour le bon déroulement de la marche. Cette marche pacifique de réaction  qui débutera ce jour à  8h heures, partira de l’Etoile Rouge en direction de la Place Lénine où se tiendra le grand meeting, en passant par carrefour Unafrica et le Pont de Dantokpa. Au nombre des structures impliquées dans ladite marche, peuvent être citées des partis politiques comme Alternative citoyenne, l’Union fait la nation (Un), le  Parti communiste du Bénin (Pcb), le Mouvement pour un sursaut patriotique (Msp) etc. A ces partis politiques,  s’ajoutent des mouvements politiques à savoir les Femmes baromètres, le Mouvement populaire de résistance (Mpr), le Front pour une alternance en 2016 (Fa) etc. et quelques organisations de la société civile dont Adeco, Alcrer et Wanep.

Au lieu des bottes, Yayi a soumis les organisateurs à une campagne de dissuasion

Le Président de la République n’est pas aussi insensible aux marches de protestation contre son régime comme il a voulu le faire croire. A contrario, il en est allergique. Lui qui avait nargué les syndicalistes et autres protestataires en promettant mettre des bottes à la disposition des marcheurs, a affiché une peur bleue dès l’annonce  pour ce mercredi 29 octobre, de la gigantesque marche des forces politiques et des  organisations de la société civile. Au lieu de faire sortir les fameuses godasses  qu’il a promises, le chef de l’Etat et la plupart des membres de son gouvernement et de sa mouvance ont monté une vaste campagne de dissuasion. Il a personnellement affiché sa phobie à la marche protestation en appelant depuis Sèmè-Kpodji, les organisateurs à venir dialoguer plutôt que de battre le macadam pour lui mettre la pression. Sachant bien que les populations seront les premières à descendre dans les rues aux côtés des organisateurs de la marche, le Président de la République s’est présenté en une victime d’une cabale injustifiée. Et comme si ce que font les membres du gouvernement n’étaient pas de taille, c’est le fils du président, Chabi Yayi qui s’en mêle aux côtés du Dg Fnpeej. Dimanche, au motif d’une prise de contact et de sensibilisation avec des populations sur les activités du Fnpeej, ils se sont rendus à Zogbo où ils ont invité les populations à ne prêter attention à ceux qui critiquent la gestion du gouvernement. «N’écoutez pas les vuvuzéla, les politiciens menteurs. Le chef de l’Etat a bien la volonté d’organiser les élections » a harangué le rejeton du Président de la République qui a durant tout son discours appelé son papa « le chef ». Avec cette hystérie collective à la protestation, bien qu’ayant pris les précautions  de garder secret  leur itinéraire jusqu’à ce jour les organisateurs de la marche de ce jour qui se tient au lendemain d’une marche similaire au Burkina- Faso, les organisateurs béninois doivent discipliner leur troupe pour éviter tout débordement qui pourrait se retourner contre eux. Surtout que le chef de l’Etat reçoit ce jour même des jeunes pour leur dit quoi on ne sait.