La Nouvelle Tribune

Débat politique : Oswald Homéky s’oppose à «l’après nous, c’est nous» du camp Yayi

Espace membre

Invité hier de l’émission « le grand rendez-vous » sur Soleil fm, Oswald Homéky, le premier responsable du mouvement de jeunes béninois  le Front pour une alternance en 2016 (Fa 2016) s’est déclaré opposé au maintien au pouvoir du Président Yayi  après la fin de son dernier mandat, et a affirmé son engagement à prendre part à la marche citoyenne qu’organise mercredi prochain, un rassemblement de forces politiques de l’opposition et de la société civile en vue de réclamer l’organisation des élections au Bénin.

Boni Yayi doit partir  en 2016, le 06 avril plus précisément. Oswald Homéky le leader du Front pour une alternance en 2016 (Fa 2016) y tient. Il l’a encore réaffirmé ce dimanche sur les ondes de Soleil Fm dans l’émission « le grand rendez-vous » qui l’a reçu pour le décryptage de l’actualité politique au Bénin. Apparu très préoccupé par le méli-mélo qui s’observe autour de la correction de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi), le jeune Homéky a d’abord pris  de coup le chef de l’Etat en rectifiant que la grande marche du mercredi 29 octobre prochain qu’envisage  un plus vaste front d’organisations de la société civile, de partis politiques de l’opposition, de mouvements de  jeunes comme le Fa2016, de personnalités sans coloration politique et de citoyens épris de paix, «n’est pas dirigé contre lui » comme il l’a fait croire aux populations à Sèmè-Kpodji. L’objectif de la marche a-t-il précisé est de mettre la pression sur toutes les institutions pour «avoir les élections ». Depuis quelques mois, poursuit-il, « nous sommes dans une impasse. Nous sommes dans une situation où le gouvernement et son chef souffle le chaud et le froid, ils avancent et reculent à la fois quant au processus  qui doit nous conduire à l’organisation des élections et donc il y a un certain nombre d’organisations politiques et de la société civile qui ont commencé à réfléchir depuis de longues  semaines et qui ont décidé de se mettre ensemble pour exiger que nous ayons un début de solution ».

Le glas d’une jeunesse et d’un peuple apathiques

L’objectif principal du Fa2016 rappelle son 1er responsable, est le départ du Président Yayi, une alternance qui consacrera la vitalité de la Démocratie béninoise. Mais au-delà, le Fa à en croire les explications  d’Oswald Homéky, œuvre pour le réveil de la jeunesse  béninoise, longtemps reléguée à l’arrière-plan  dans les débats politiques. «L’époque d’une jeunesse passive, d’un peuple qui ne dit rien est révolue » a déclaré l’ancien leader de la jeunesse Abt qui est aujourd’hui engagé dans un combat politique non partisan qui s’inspire de Frantz Fanon selon qui «chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir.»  Le Fa réaffirme-t-il, «n’est pas relié à un candidat… C’est une tribune libre de différents mouvements de jeunes ayant pour objectif le départ du président Yayi en 2016… nous sommes les opposants du « après nous, c’est nous».  Passant au crible la gouvernance Yayi, le leader du Fa2016, a peint une gestion calamiteuse meublée de recul des libertés de tous ordres, la dégradation des relations patronat-gouvernement, syndicat-gouvernement, de concours chaotiques, de chasse à l’homme de même qu’il reproche au chef de l’Eat, son tempérament impulsif.