La Nouvelle Tribune

Bénin : les propositions concrètes de Bruno Amoussou pour sortir de l’impasse

Espace membre

Le président de l’Union fait la Nation (Un), Bruno Amoussou,  a été hier l’invité de l’émission « Zone Franche » de Canal 3. Le plat de résistance fut son intervention sur  le retard observé dans l’organisation des élections communales, municipales et locales et la correction du fichier électoral par le Cos-Lépi. 

Après avoir rappelé certaines causes de l’impasse actuelle, il a proposé le recours à une liste non permanente, à extraire de la base de données de la Lépi, pour l’organisation des Municipales et des Législatives.

Il ne pouvait rester trop longtemps muet face à la question de la correction de la Lépi et de la non organisation des Municipales. Bruno Amoussou, c’est de lui qu’il s’agit, a rompu le silence ce dimanche 26 octobre 2014. Le président de l’Union fait la Nation (Un), la plus grande alliance politique de l’opposition, était l’invité de l’émission Zone Franche de la télévision Canal 3. En dehors des autres sujets abordés, le président Bruno Amoussou a mis l’accent sur les différentes propositions de l’Un pour sortir de l’impasse actuelle. Il propose qu’une liste électorale soit extraite de la base de données de la Lépi en vue de l’organisation des élections municipales et des législatives. Dans cette perspective, a-t-il suggéré, « nous demandons au Cos-Lépi de se mettre dans la posture de considérer la liste électorale (non permanente, Ndlr). Le temps pressant, que le Cos-Lépi se consacre aux citoyens ayant 17 et plus qui se trouvent dans la base de données de la Lépi (en correction). Que le Cos-Lépi laisse de côté, pour le moment, les citoyens de 12 à 17 ans (qui n’ont pas l’âge de voter, Ndlr).»  Cette proposition est identique à celle du Front citoyen pour la sauvegarde des acquis démocratiques (Fcsad) de professeur Antoine Détchénou.

Lépi au Bénin : le Front citoyen persiste dans sa solution de liste ad’hoc

Une proposition de loi en vue

Selon Bruno Amoussou, avec cette proposition,  il est possible de sortir, avant la fin de cette année, une liste électorale utilisable pour sortir de l’impasse. Cela pourrait être une réalité avant le délai du 17 décembre 2014 fixé par le Cos-Lépi. Toute chose qui permettra de faire un double audit de la Liste électorale. Il a ajouté qu’ensuite, on pourra se pencher sur la régularisation du cas des citoyens enregistrés sur témoignage. Des audiences foraines seront organisées à cet effet. Elles déboucheront sur l’établissement, à ces citoyens, de pièces d’identité. Bruno Amoussou a souligné qu’avec cette stratégie, juin-juillet 2015 au plus tard, le Bénin disposera d’une liste électorale dégagée de toutes les scories actuelles et celles constatées lors des Municipales et des Législatives. Ladite liste sévira alors à l’organisation de la présidentielle de 2016. Des démarches ont déjà été entreprises par l’Un pour voir la faisabilité de sa proposition. Elle en a discuté avec les magistrats et les acteurs du Ravec. Pour tout corroborer, une proposition de loi sera introduite d’ici là dans le circuit parlementaire. Cette proposition de loi ne sera pas un prétexte pour ne pas se hâter dans l’organisation des Municipales. Au contraire. « Pas question de mettre sous boisseau les Municipales sous prétexte qu’elles ne sont pas des élections constitutionnelles, a martelé le ‘Dadjè national’. Il faut faire (dans l’ordre et à bonnes dates, Ndlr) les Municipales, ensuite les Législatives, puis la présidentielle.»