La Nouvelle Tribune

Présidence de la République

Espace membre

Le dépotoir des anciens ministres de Yayi
A l’ère du changement du président Boni Yayi, les ministres, après être virés du gouvernement, ont un espoir : celui d’être jetés au dépotoir de la République sous forme de conseillers spéciaux ou de chargés de mission. Une belle manière pour les avoir définitivement. Et comme, les cadres béninois sont prêts à prendre tous les postes pourvu qu’ils aient des avantages, ils acceptent l’offre, afin d’être toujours du système. L’ancien ministre de l’Industrie et du commerce, Moudjaïdou Soumanou, après l’exécutif, est aujourd’hui conseiller spécial à l’Industrie du chef de l’Etat. Aladji Boni Diallo est actuellement le conseiller à la diplomatie du président Boni Yayi, au lendemain d’un remaniement ministériel. Félix Houessou, ministre de l’Intérieur, il y a quelques jours, est nommé la semaine dernière, conseiller spécial à la sécurité du chef de l’Etat. Comme c’est le système, plusieurs ministres sont à la salle d’attente pour être promus. De même, il y a des partisans du régime qui se retrouvent subitement sur la longue liste de conseillers à la présidence de la République. C’est le cas de Amos Elègbè, Barnabé Dassigli, Richard Sènou, et autres qui sont au collège des conseillers du président Boni Yayi.
{mosgoogle}
Aujourd’hui, il est difficile de dire avec exactitude, le nombre de conseillers spéciaux et chargés de mission qui émargent à la présidence de la République, au moment où le chef de l’Etat chante la réduction du train de vie de l’Etat comme mesure contre la cherté de la vie. Apparemment, c’est la formule privilégiée pour contenter les mécontents. Que coûtent ces nombreux au budget de l’Etat ? Sans savoir le coût avec exactitude pour l’heure, il est signalé qu’ils abusent des biens de l’Etat et violent la loi. Il n’y a pas ce weed end que les Béninois ne vont pas voir des conseillers et chargés de mission rouler dans des véhicules plaque bleue en violation de la loi. Ils ont des primes et autres indemnités.

A quoi servent-ils ?
Les nombreux conseillers et chargés de mission du président Boni Yayi servent en réalité à quoi ? Rien. Par rapport aux conseillers, il y a une conclusion à tirer : soit ils conseillent mal le chef de l’Etat, soit leurs conseils ne sont pas pris en compte, soit ils ne font rien au palais. Au finish, ils n’apportent rien au pays si ce n’est qu’ils compliquent davantage la tâche des ministres en fonction quand ils ne leur font pas ombrage. Le résultat c’est  le cafouillage dans la gestion des affaires publiques, la confusion des rôles, le téléscopage permanent. alors qu’il y a des conseillers. Concernant les chargés de mission, une question se pose : peut-on être chargé de mission d’un président qui exécute lui seul ses missions ? Non certainement. C’est pourquoi d’ailleurs, il y a des chargés de mission désoeuvrés au palais. Selon les informations, la plupart d’entre eux n’ont jamais fait de mission. En conclusion, ces postes qu’on distribue comme des gâteaux se résument en une manière de satisfaire les appétits gloutons des clients politiques.

Jules Yaovi MAOUSSI