La Nouvelle Tribune

Bénin : Yayi promet faire d’Abomey-Calavi, «commune la plus fréquentée du monde» d’ici un an

Espace membre

«D’ici un an Abomey-Calavi sera la commune la plus fréquentée du monde et Akassato, l’arrondissement le plus fréquenté du monde ». C’est la formule hyper-démagogique que le président béninois Boni Yayi a sorti jeudi au cours de la cérémonie de pose de première pierre d’un hôpital de référence qui va être érigé dans cette commune du pays. 

Le chef de l’Etat qui a visiblement tenu un discours de campagne électoral à moins de 20 mois de la fin de son règne, tente ainsi d’inciter les populations d’Abomey-Calavi à des marches de soutien pour solliciter un hypothétique 3ème mandat dont il caresse encore le rêve. Avec cet hôpital et un centre de formation technique qui a récemment ouvert ses portes, le président de la république assure que des citoyens des pays de la sous-région et du monde entier se bousculeront à l’entrée de l’arrondissement de Calavi. Une zone où le réseau électrique n’est pas encore bien développée, sans oublié que l’électricité est la chose la moins disponible au Bénin. Le président qui doit partir au plus tard le 06 avril 2016 à 23h 59min 59s, s’est aussi accroché à la vision Alafia 2025 qu’il compte accomplir pour consacrer l’émergence totale du Bénin. Houssou-Guèdè s’y mêle La déclaration la plus ridicule de la cérémonie vient du maire de la Commune d’Abomey-Calavi. L’ancien colonel parachuté à la tête de la commune d’Abomey-Calavi et qui y est encore en raison du fait de l’absence d’élection depuis la fin du mandat des élus locaux en 2013, s’est permis des absurdités. Selon le maire, le système de gouvernance Yayi sera « enseigné comme modèle de gouvernance » pour les générations futures. Depuis 2006 a-t-il dit, le président Yayi « s’évertue à travers des approches pragmatiques et opérationnelles pour se mettre au service du peuple béninois ». Apparemment ignorant de ce que la présidence est selon la récente enquête du réseau Afro Baromètre, l’institution de la République en laquelle les Béninois ont moins de confiance. Après la pierre ! Cette salve a Boni Yayi et son maire Fcbe, faut-il le rappeler s’est déroulée autour d’une pose de première de la construction d’un hôpital confiée à l’entreprise pétrolière nigériane Sapetro. Il n’est un secret pour personne qu’avec le régime Yayi les poses de première pierre ne sont pas synonyme de réalisation. Abomey-Calavi n’est pas sans le savoir. L’aéroport de Glo-djigbé, un très gros éléphant blanc, en est une illustration parfaite. La voie Akassato-Bohicon a connu la pose de plusieurs pierres avant que les travaux de sa reconstruction ne prennent corps. Ailleurs à Tori les populations attendent leur port sec après une première pierre posée qui s’use au milieu des mauvaises herbes. Sans oublier que le pont de Womey – jamais construit-, toujours à Abomey-Calavi a connu à plusieurs reprises de pareilles cérémonie et même plus récemment après que l’Union européenne ait donné que son accord de principe pour sa réalisation.