La Nouvelle Tribune

Bénin : Ousmane Batoko s’enquiert des conditions carcérales des prisonniers

Espace membre

Les conditions de détention et de vie très pénibles pour les détenus de la prison civile de Porto-Novo. les détenus vivent dans des conditions infernales pour cause de surpopulation dans cette prison civile. 

Des révélations ont été faites par le régisseur de cette prison quant au nombre impressionnant de détenus qui sont agglutinés dans cette prison comme des sardines en boite. Sinon comment comprendre que dans cette prison de Porto-Novo que, plus de 800 détenus soient entassés pour passer la nuit dans seulement neuf bâtiments. Une situation immorale qui interpelle au plus haut niveau les autorités politiques de ce pays. Une situation qu’a déplorée vertement le président de la Cour Suprême, Ousmane Batoko qui a dopé le moral à ces détenus de la prison civile de Porto-Novo et a promis que tout sera fait afin que l’étude des dossiers soit accélérée. Ce qui pourra désengorger un tant soit peu cette prison civile de Porto-Novo. Mais contrairement à la prison civile de Porto-Novo, celle de la commune d’Akpro-Missérété est moins engorgée puisque, sur une capacité totale de 1000 détenus prévus, il n’y a encore là qu’environ la moitié, c'est-à-dire 500. Le président Batoko a suggéré un transfèrement des détenus vers cette prison pour désengorger les autres prisons surpeuplées. Outre cette visite dans les milieux carcérales de Porto-Novo et d’Akpro-Missérété, le président Ousmane Batoko et sa suite composée des membres de la Cour et des cadres du ministère de la justice, ont visité les locaux du tribunal de première instance de Porto-Novo où une séance de travail a eu lieu avec les principaux acteurs de cette juridiction dont le président du tribunal, Pierre Dassoundo Ahiffon, le procureur de la République de première instance de Porto-Novo, Georges Gbaguidi, les magistrats, le personnel du greffe et mêmes les usagers de ce tribunal. Occasion pour le président Batoko de s’enquérir des réalités du personnel et des conditions pénibles de travail sans oublier le manque de matériel roulant, de matériel informatique et des salles d’audience. Signalons que l’objectif de cette tournée est d’évaluer le système judiciaire dans son fonctionnement quotidien en relevant les dysfonctionnements constatés et en proposant des approches de solutions.