La Nouvelle Tribune

Dernier concours de recrutement : des cadres du ministère de la Fonction publique justifient le cafouillage

Espace membre

Ce sont les réformes introduites dans le déroulement des concours de recrutement au profit du Ministère des finances à la suite de celui de 2012, entaché de fraudes, qui a justifié le cafouillage observé les 26 et 27 juillet lors du déroulement du denier concours d’agents contractuels d’Etat (Ace). 

C’est l’explication qu’ont pu donner le syndicaliste Hugues Akpo du Ministère de la Fonction publique et Grégoire Oda, Directeur du recrutement des agents dans la fonction publique. En effet, les deux cadres du Ministère de la fonction publique étaient invités sur l’émission dominicale "Eclairage", hier 5 octobre, pour parler des réformes introduites dans le déroulement des concours de recrutements d’agents dans la fonction publique. Ceci, dans l’objectif de rassurer les jeunes à continuer à prendre part aux concours de recrutement en quoi ils n’ont plus foi, selon le sondage de Grégoire Oda, lui-même. Selon les deux invités le cafouillage observé les 26 et 27 juillet derniers est, également, dû à la délicatesse du concours qui n’est pas un concours national mais sur postes. «Toutes les épreuves ne devraient pas avoir le même en-tête.

Concours de recrutement : les handicapés menacent d’assigner l’Etat béninois en justice

Donc, il fallait à chaque épreuve un en-tête spécifique avant impression. C’est tout cela qui a engendré les difficultés que nous avions constatées les 26 et 27 juillet », tente de convaincre le syndicaliste Hugues Akpo. Avant de rassurer les candidats et d’autres jeunes toujours intéressés par les concours d’entrée dans la fonction publique que lesdits cafouillages ne devraient pas influer sur les résultats déjà disponibles, d’ailleurs. Il est à souhaiter, alors, que ces réformes aboutissent et n’engendrent plus de tels désagréments qui empêchent des milliers de candidats de composer ou diminuent leur chance de réussite.

Pourquoi le Gouvernement doit faire machine arrière et annuler le concours

De l’injustice et de la magouille. C’est bien ce que vient de valider le Gouvernement Yayi. En effet, contrairement aux arguments et justificatifs très peu convaincants et à la limite injurieux pour les Béninois avancés ce dimanche par des cadres du ministère de la fonction publique, le dernier concours de recrutement d’agents contractuels de l’Etat a été maculé par nombre d’irrégularités qui ont entaché sa crédibilité. On se rappelle que de nombreux candidats n’ont pu composer faute d’épreuves. Des épreuves circulaient avec leurs corrigés-types dans des centres de composition, un retard criard avait été également constaté dans le déroulement des épreuves. Et ce serait bien cautionné la corruption, cette maladie qui inhibe toutes les actions de développement et empêche le pays de bénéficier aujourd’hui du 2è compact du Mca, que de valider le concours. Pour cette raison donc, le Gouvernement doit faire machine arrière et annuler le concours qui à n’en point douter est frauduleux.