La Nouvelle Tribune

Exonération frauduleuse sur les véhicules de certains députés : le député Louis Vlavonou fait de troublantes révélations

Espace membre

(Il dénonce un vol de 18 millions à l’Etat par véhicule) Etant membre de la commission des finances et des échanges et président du réseau parlementaire pour la lutte contre la corruption, l’honorable Louis Vlavonou est revenu une fois encore sur le problème de l’exonération qualifiée de « frauduleuse » de certains véhicules de députés acquis au-delà de 24 millions FCFA et qui sont confrontés aujourd’hui à des problèmes d’immatriculation. 

Pour le député Louis Vlavonou, les raisons sont connues et profondes. Il n’a pas manqué de faire de troublantes révélations lundi dernier en plénière sur ce sujet. Le député Louis Vlavonou a rappelé que les véhicules sont achetés par les députés eux-mêmes avec un prélèvement à la source de 500 mille par mois, ce qui fait que les députés bénéficient d’un crédit total de 24 millions. Cela veut dire que l’Etat en leur accordant une exonération nous fait bénéficier de 24 millions. Il a dénoncé vertement les députés qui prennent des véhicules au-delà de 24 millions. Prenant exemple d’un député qui s’octroie une voiture haut de gamme qui coûterait 50 millions, cela veut dire qu’en lui accordant une exonération sur les 50 millions, ce dernier bénéficie d’un crédit supplémentaire sur 26 millions. « Donc il y a une disproportion par rapport à ce à quoi nous avons besoin et ce qu’il sollicite auprès du gouvernement. Et quand on rentre au fond des choses, vous verrez que celui qui bénéficie d’une exonération sur 26 millions supplémentaires, je ne sais pas si l’Assemblée nationale consciemment ou inconsciemment, par erreur ou par préméditation, fait voler des droits sur 26 millions au profit des députés » a déclaré le député Louis Vlavonou. Selon lui, sur les véhicules gros cylindrés, il y a une taxe qui a été votée par l’Assemblée nationale et les droits en ce temps là font 60,74%. « Lorsqu’on calcule ça, on est à plus de 18 millions de vol par député qui achète un véhicule au-delà de 24 millions et c’est un problème de conscience ». Il propose alors que tous les députés s’alignent sur 24 millions, mais celui qui choisit d’aller au-delà de 24 millions doit, sur la différence, payer totalement les droits sur la différence. « Donc tout député qui prend un véhicule au-delà de 24 millions vole quelque à l’Etat. Pour finir, il demande au président de l’Assemblée nationale de revoir et de clarifier cette situation. Il relève qu’après avoir bénéficié de cela, on refuse de payer le Pc et le Pcs qui sont dus à l’Uemoa et à la Cedeao, alors c’est encore plus grave et ce sera les réelles causes du blocage de l’immatriculation des véhicules de ces députés là. « Il faudrait qu’au niveau du budget, qu’on fasse en sorte qu’on impute à chaque député ce à quoi il a dû de façon extraordinaire s’il veut vivre réellement de son confort parce que le confort a un prix » martèle t-il pour finir. Une situation qui n’a finalement pas trouver gain de cause puisque cet amendement du député Louis Vlavonou n’a pas été pris en compte avant le vote proprement dit du budget 2015 de l’institution parlementaire. Autrement dit, la situation va perdurer à l’Assemblée nationale. Même un appel de pieds de l’honorable Augustin Ahouanvoébla au président Nago afin d’obtenir une suspension avant le vote dudit budget pour une réunion des différents groupes parlementaires, n’a pas prospérer en plénière.