La Nouvelle Tribune

Bénin - élections : Social Watch demande à Yayi de rassurer le peuple

Espace membre

Les déclarations de mauvais goût du président Boni Yayi sur l’organisation des élections et la comédie gouvernementale qui s’en est suivie continuent de faire des vagues. Le réseau Social Watch Bénin est à son tour monté au créneau pour donner sa lecture de la situation. 

C’était dans l’après-midi d’hier, à travers une conférence de presse animée par le président de son Conseil d’Administration, Gustave Assah. Pour Social Watch Bénin, la non organisation à bonne date des élections aura des conséquences dramatiques sur le Bénin. Ce sont, a indiqué Gustave Assah, la mise en mal des principes démocratiques, la création d’un climat d’insécurité, la fuite des investisseurs, les risques d’isolement du Bénin par la communauté internationale et la compromission des retombées de la table ronde de Paris. C’est pourquoi, Social Watch Bénin invite, par la voix de son Pca, le président Boni Yayi à prendre des mesures concrètes en vue de rassurer le peuple. Le Réseau lance par la même occasion un appel à l’apaisement. Lisez ci-dessous un large extrait des propos liminaire de Gustave Assah.

EXTRAIT DE LA DECLARATION DE SOCIAL WATCH BENIN

« La  déclaration du Chef de l’Etat ouvre la route aux interprétations  diverses, dont celle d’une volonté de ne pas conduire les élections à  bonne date et de ne  pas  permettre  à la démocrate de faciliter l’alternance au  pouvoir. Si tel  était le cas, les conséquences  pour le Bénin seraient dramatiques :

1-Les principes démocratiques sont mis à mal

2- La fuite des investisseurs

3-La méfiance de la communauté internationale sur la bonne foi du régime en place et le Bénin risquerait d’être   victime d’un isolement

4- La table ronde de Paris serait compromise

Au vu de ces nombreuses  conséquences de l’inorganisation à bonne date des élections, Social Watch Bénin :

-invite le Chef de l’Etat à sortir une feuille de route sur le respect  scrupuleux  des engagements  financiers vis-à-vis des institutions en charge de l’organisation des élections, qui font partie des dépenses de souveraineté  que rien ne peut occulter ;

-invite la classe politique tout bord confondu à l’apaisement et à prendre la mesure de ses responsabilités pour coordonner le dialogue politique pour garantir la paix et la cohésion sociale au Bénin ;

-invite les syndicats la société civile à maintenir un état de veille citoyenne autour des élections

-  Invite le peuple à la sérénité et à ne pas céder à la manipulation des politiciens de tout bord ;

-invite les média de faire davantage preuve de professionnalisme dans l’exercice de leur fonction pour  éviter des dérapages qui seraient source de tension sociale et de conflits dans le pays ;

-invite la Haac à prendre ses responsabilités pour sanctionner Médias publics et privés qui passeraient à côté de leur travail ;

-Invite le Cos-Lepi à faire régulièrement le point des dépenses et le niveau des besoins ; et à faire diligence pour mettre à disposition la liste complète et totale des électeurs pour l’effectivité des élections.

En tout état de cause, Social Watch Bénin jouera chaque fois sa partition pour maintenir la veille citoyenne.

Certes, les décisions prises, par le Conseil  des ministres d’hier, mardi 23 septembre 2014 semble un tant soit peu faire toutes autres contestations pouvant découler des propos du Chef de l’État.

En effet, le gouvernement a annoncé le déblocage de 2 milliard de Fcfa au profit du Conseil  d’Orientation et de Supervision de la Lepi (Cos-Lepi), afin de l’aider à accélérer le processus.

Pour nous, il ne s’agit pas seulement d’avoir organisé un conseil des Ministres comme échappatoire. Nous voulons que ceci soit suivi d’actes concrets et d’une feuille de route, qui déterminent les différentes phases de décaissement  l’exécutif aux Instances à charge de l’organisation des élections, Cos-Lepi et Cena, pour que nous puissions être que les élections seront tenues à bonne date.

Social Watch Bénin, salue cette décision, mais regrette toute la polémique que cela a pu susciter dans le pays.

Et invite donc le gouvernement à anticiper sur les prochaines étapes  telles que citées. »