La Nouvelle Tribune

La vaillance de l’He Désiré Vodonou célébrée par L’Un

Espace membre

L’honorable Désiré Vodonou fait sa première sortie officielle après sa libération. Dans la soirée d’hier mercredi 10 septembre, au siège de l’Union fait la Nation, les militants de cette formation politique ont  rendu un hommage à l’homme. En honneur du courage  et de l’engagement dont il a fait preuve tout au long de son séjour carcéral.

Il est désormais sans doute une figure remarquable de l’opposition béninoise. Cet homme politique du parti Force Clé et membre de l’Union fait la Nation(Un) vient de donner une leçon de résistance  au combat à  toute sa famille politique ; surtout aux jeunes militants par ces temps  où l’opposition au Bénin est plus que passive. Après son arrestation que les siens qualifient «d’arbitraire»  à cause de ses convictions politiques, Désiré Vodonou a passé plus de trois ans en détention préventive. Il a été libéré le 11 août dernier à la grande satisfaction de tous les membres de son bord politique.  «Nous sommes là ce soir pour célébrer le courage de Désiré Vodonou qui  a vécu une expérience à l’instar de ces aînés Bruno Amoussou, Séfou Fagbohoun et de tous ces camarades qui ont subi des tortures et n’ont fléchi pour autant» a expliqué le député Idji Kolawolé vice-président de l’Union. L’ancien président de l’Assemblée Nationale fait allusion à ceux qui renoncent facilement au combat sous des menaces. Car, poursuit-il, «des épreuves restent à subir» et en ces circonstances chaque militant doit fait montre de ce  courage.

Resté fidèle à ses convictions politiques, Désiré Vodonou  a remercié tous ceux qui ont cru en lui, l’ont soutenu et qui se sont battus pour la justice au Bénin. Il a réaffirmé son appartenance à l’Union fait la Nation dans le but de continuer le combat pour un lendemain meilleur.

Combattre l’arbitraire

S’il est vrai que l’honorable Désiré Vodonou  a payé le pris d’une injustice, l’Un entend par son combat conserver les acquis de la Conférence nationale. Cet impératif passe, à en croire Bruno Amoussou, président cette plus grande alliance politique de l’opposition, par le bannissement de l’arbitraire et l’instauration de l’Etat de droit. « Nous célébrons l’Etat de droit, la justice nous dénonçons l’arbitraire  et l’abus de pouvoir» a-t-il souligné. Avant d’indiquer que « cette lutte pour la dignité de l’homme et de la personne humaine passe nécessairement  par des épreuves surtout lorsqu’on est face à des régimes qui n’ont pas l’habitude de la démocratie».  Ce qui constitue la raison d’être de l’engagement de l’Union.  C’est d’ailleurs pourquoi, Bruno Amoussou  invite ses militants à méditer sur le cas de  Désiré Vodonou, notamment sur la situation de la démocratie au Bénin et surtout sur l’application et le respect du droit dans le pays.  Il conclura qu’ « à force de lutter,  le droit finira par triompher sur l’arbitraire comme ce fut le cas lors de la Conférence nationale  et ce n’est qu’à cette seule condition que le combat de l’Union aura un sens ».