La Nouvelle Tribune

Affaire bretelle de Bopa : Komi Koutché tente de sauver la face au Gouvernement

Espace membre

La bretelle de Bopa n’est réalisée uniquement sur financement du fonds routier et du budget général de l’Etat. La Bad a apporté un appui budgétaire au Bénin, mais cela n’était pas destiné expressément au chantier de la bretelle de Bopa. Telles sont les clarifications apportées par le nouveau ministre de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation sur ce dossier qui fait le buzz depuis le début de la semaine. C’était lors d’une conférence de presse ténue hier jeudi 04 septembre à son ministère.

Comme pour respecter une tradition pendant son séjour d’une année à la tête de la Communication et des Tic, le nouveau ministre de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation, Komi Koutché, a donné hier jeudi 4 septembre 2014 une conférence de presse. L’exercice, le premier du genre depuis qu’il a enfilé sa nouvelle veste d’argentier national le vendredi 22 août dernier, s’est tenue dans la salle de conférence SP-Pas du MefPd. Au menu ; la vision du ministre de son nouveau portefeuille, les réformes en cours pour insuffler une nouvelle dynamique au MefPd et bien évidemment des question d’actualités que sont le financement des élections et l’affaire Bretelle de Bopa.

Un démenti galant

Sur cette affaire qui défraie la chronique depuis lundi 1er septembre dernier, le ministre Koutché, la langue déliée, a, en bon communicateur, tenté de donner plus d’élégance à la réaction du Gouvernement. Il a confirmé, avec plus de finesse que le projet de construction d’une bretelle de 1,2 km à Bopa est entièrement financé par le budget national et le fonds routier. Contrairement à ce qu’avait avancé le président de l’Assemblée nationale, Mathurin Nago. Pour rappel, dimanche 31 août dernier, à Bopa, face aux cadres de son fief, Mathurin Nago s’est fendu en coup de gueule contre la lenteur suspecte dans l’exécution du projet. Le Président de l’Assemblée nationale a rappelé les diligentes qu’il a entreprises en vain pour que le chantier soit achevé. Qualifiant ce retard de croc-en-jambe du grand chef pour l’affaiblir politiquement, Mathurin Nago a même révélé que la Bad a mis à la disposition du Bénin un appui budgétaire qui devrait servir à la finalisation du projet. Le coût de réalisation de l’infrastructure est de 1, 5 milliard de fcfa. Mais l’appui prétendument apporté par la Bad (dans un courrier publié par une partie de la presse, la BAD dément avoir financé l’infrastructure) est de 4, 5 milliards de fcfa. Malgré cela, les travaux de la bretelle traînent depuis le premier quinquennat de Boni Yayi. Le gouvernement est revenu à la charge le lendemain à travers une avalanche de réactions. Le directeur général du budget, Célestin Hossou, celui des Travaux Publics (Tp), Donné Amouzou et le ministre des Tp, Natondé Aké ont démenti sur la télévision nationale (Ortb), statistiques à l’appui, la déclaration du président Nago. Le ministre Aké est allé au-delà du démenti en jugeant de « politicienne » la déclaration de Nago. Et ce, dans un langage brut et sans courtoisie. Oubliant que Mathurin Nago est la deuxième personnalité de l’Etat envers qui les membres du Gouvernement doivent avoir des égards. Ce qui a donné une mauvaise image au Gouvernement qui pourrait, tout de même, avoir raison sur certains pans du dossier.

Yayi parle en bien de Nago

Hier face à la presse, Komi Koutché a confirmé le démenti du Gouvernement. Mais il y a mis la manière. « Il n’y a jamais eu de financement extérieur pour la bretelle », a affirmé le grand argentier. « Le président Nago a sans doute été mal informé, a poursuivi Komi Koutché. A mon avis, il a été induit en erreur ». Il a précisé que la Banque africaine de développement (Bad) a effectivement accordé un appui budgétaire au Bénin en 2009. Mais cet appui n’était pas expressément destiné à la réalisation de la bretelle de Bopa. Et comme pour reprendre un tir manqué par son collègue des Tp, il confie : « Le président Nago, je le respecte beaucoup. Je l’ai connu par le biais du Président de la République et je le respecte beaucoup pour ce que le Président dit de lui » notamment concernant son étique.