La Nouvelle Tribune

Crise énergétique

Espace membre

Le délestage revient à petits coups. 

Les Béninois subissent depuis peu, de nouvelles coupures intempestives du courant électrique, au point où certains s’inquiètent déjà de l’avènement d’une nouvelle crise électrique à l’image de celle survenue en 2007.Le réseau électrique national connaît de nouveaux dysfonctionnements depuis quelques semaines. Il n’y a plus de jour, aujourd’hui, où les consommateurs ne subissent pas des coupures électriques sur les différentes lignes. Le phénomène prend de l’ampleur dans la ville de Cotonou au point où certains habitants ressortent déjà des magasins et enclos,  les groupes électrogènes, qu’ils avaient acquis dans la précipitation au plus fort de la dernière et grave crise énergétique survenue en 2007. Mais il est à craindre qu’ils subissent les mêmes désagréments que par le passé, car les autorités, comme auparavant, ne semblent guère s’en soucier. A chaque coupure, nombreux sont les appareils et diverses machines électriques qui se grillent aussitôt dans plusieurs ménages de Cotonou. Mieux encore, ces coupures perturbent sérieusement le fonctionnement des unités de production qui peinent à servir leurs clients à temps.

Du reste, la nouvelle crise énergétique pourrait se révéler plus catastrophique que celle vécue dans un passé récent, selon certaines informations. Et pour cause, les autorités en charge de l’énergie auraient déjà usé de tous les moyens nécessaires, et n’en auraient plus assez aujourd’hui. Ce qui est clair, apprend-t-on, la position des pays fournisseurs traditionnels de l’énergie électrique de ne plus servir le Bénin n’a toujours pas varié. D’autres sources évoquent également l’inefficacité de l’interconnexion électrique entre le Nigeria, le Bénin et le Togo, qui moins d’un an près sa mise en œuvre, est apparue au grand jour. Quant aux turbines à gaz annoncées par le gouvernement, comme solutions alternatives, leur acquisition ne serait pas pour demain, le processus étant long et compliqué.

En ces moments de fièvre électorale, ce nouveau délestage électrique ne manquera pas de créer des difficultés à la bonne organisation du scrutin, si de nouvelles dispositions ne sont pas prises à temps pour le juguler