La Nouvelle Tribune

L’historique appel de Mgr Ganyé à Attogon a-t-il précipité le départ de Martine Dossa ?

Espace membre

Le nouveau Gouvernement du Dr Boni Yayi est au travail depuis ce lundi, toutes les passations de service ayant déjà eu lieu. Seulement voilà, ce remaniement continue de susciter des interrogations et des analyses. Parmi les départs, celui de la Ministre Martine Dossa continue d’intriguer . Et on se demande bien s’il n’y a pas un lien entre la déclaration de Monseigneur Ganyè à Attogon et l’éjection de Martine Dossa du gouvernement ?

Qu’est ce qui a bien pu causer le départ de sept ministres du Gouvernement ?Un résumé de tous les commentaires glanés ça et là dans les journaux permet de retenir le tableau suivant : Martial Sounton a dû payer le prix de son récent concours à polémique. Il se murmure même qu’il aurait été averti de son éviction… François Houéssou, Dénis Ali Yérima et Bio Torou Oro Guiwa étaient jugés trop amorphes pour les charges à eux confiées. Fatouma Amadou Djibril a trahi le secret du 3ème mandat sans oublier Jonas Gbian dont le crime est justement de s’appeler « Gbian ». Si pour ces 6 ex-ministres, on peut trouver des raisons à leur départ, l’on est en droit de se demander ce qui a bien pu causer l’éviction de Martine Dossa, la désormais ex-Ministre de l’Economie Maritime et des Infrastructures Portuaires. Les 373 jours de présence de Martine Dossa au Ministère de l’Economie Maritime mérite qu’on s’y attarde quelques instants. Pendant un peu plus d’un an et malgré l’absence d’un cabinet digne du nom, les cadres de la maison interrogés reconnaissent que Martine Dossa a insufflé une nouvelle dynamique au secteur maritime et portuaire : la signature d’un avenant avec Bolloré, l’ouverture du guichet unique de Hillacondji, l’avènement de la STTB, plusieurs missions commerciales pour ramener au port de Cotonou les opérateurs économiques des pays de l’Hinterland .Des actions qui ont permis au Port de Cotonou de gagner de nouveau la confiance de ses principaux partenaires. Malgré tout ceci, Martine Dossa a été remerciée comme une malpropre, sans préavis pour ainsi dire, de sources proches de son ministère. Avec ce parcours relativement sans faute, rien, absolument rien ne laissait présager de son éjection de l’équipe gouvernementale. En l’absence d’indices irréfutables sur les raisons  officielles de ce départ impromptu, des observateurs du microcosme politique commencer à lier ce départ du Gouvernement de Martine Dossa  à son initiative inédite de célébrer l’Assomption à Attogon…

L’historique homélie d’Attogon

En effet, le vendredi 15 août dernier, Martine Dossa a convié les populations Aïzo à l’église catholique d’Attogon pour fêter la montée de la Vierge Marie au ciel. Notre journal en a fait échos dans ses éditions des lundi 18 et mardi 19 août derniers L’Assomption, une fête particulière qui symbolise beaucoup de moments heureux dans sa vie, a fait savoir Martine Dossa à Attogon devant un parterre d’invités. Ce jour-là, c’est un autre fils de l’ère culturelle Aïzo Antoine Ganyé devenu Archevêque de Cotonou qui a présidé la messe. Le Bénin tout entier se souvient encore du retentissant succès médiatique de son homélie. Monseigneur Antoine Ganyé avait entre autres appelé à l’union de tous pour accompagner les actions du Président de la République. « (…) Tous les Béninois doivent accompagner les actions du Chef de l’Etat. J’insiste sur le mot accompagner(…) Il n’est ni question de mouvance ni d’opposition ; Vous l’avez élu, il faut l’accompagner (…) » avait-il dit ce jour-là.

A ses frères et sœurs issus du terroir Aïzo, l’Archevêque de Cotonou a demandé de demeurer dans la cohésion et dans l’union en vue de permettre enfin le décollage de leur région d’origine. Autre moment fort de cette homélie désormais historique, le solennel appel du prélat à l’endroit du Dr Boni Yayi pour que force reste au strict respect de la Constitution du 11 décembre 1990 : « (…) Le Président est un homme digne (…) Il doit respecter les textes fondamentaux (…) La dignité du Président doit lui permettre de se convaincre que tout règne a une fin (…) ».

L’assistance présente ce vendredi 15 août à la cathédrale st-Christophe d’Attogon a adhéré aux messages du prélat. Dans l’édifice religieux, on pouvait noter la présence de la 1ère dame, Chantal de Souza Yayi, la marraine de l’évènement. A ses côtés, il y avait plusieurs actuels et anciens membres du Gouvernement, des députés et maires appartenant à la mouvance présidentielle et plusieurs autres grosses pointures de la sphère politique nationale. Martine Dossa a-t-elle été victime de la sincérité et du message fort de l’Archevêque ? Mgr Antoine Ganyé n’a pourtant rien dit de nouveau. Le Chef de l’Etat n’a-t-il pas juré lui-même devant le Pape et la communauté internationale qu’il partira en 2016 ?

Cette grande mobilisation des populations Aïzo autour de Martine Dossa ayant été le dernier grand évènement populaire avant le remaniement, le lien que ces analystes établissent  entre l’organisation de cette messe d’action de grâce et le départ toujours incompréhensible de Martine Dossa trouve toute sa justification. Jadis, lieu par excellence de l’implantation des succursales des célèbres Maisons de commerce, derniers vestiges de la colonisation française, Attogon, ce paisible arrondissement de la commune d’Allada aurait-il été à la base du départ d’une de ses filles du Gouvernement ? Les populations ne comprennent pas, surtout que Mgr Antoine Ganyé vient d’être élevé au rang de « Grand-Croix » à la sortie du pèlerinage marial annuel de Dassa, lui qui a pourtant appelé le Dr Boni Yayi à respecter les textes fondamentaux de la République. Le Prélat est donc « récompensé » pour son franc-parler et Martine Dossa sacrifiée pour on ne sait quelle raison peut-on se demander !!! A Attogon, on continue de chercher les réelles raisons de cette éviction. Attogon souhaite le meilleur à sa fille Martine Dossa qui a amplement joué sa partition et espère la voir continuer à relever d’autres défis pour le développement du Bénin…