La Nouvelle Tribune

Bénin : Mètongnon confirme que l’argent circule dans le monde syndical

Espace membre

L’actuel Secrétaire général de la Fésyntra-Finances et Président du Conseil d’administration de la Cnss, Laurent Mètongon, a décrypté l’actualité sociopolitique nationale, hier 5 juillet, dans les locaux de «L’évènement précis». 

C’est dans le cadre de la rubrique périodique «Sous l’arbre à palabre» du journal. L es derniers guéguerres entre les centrales syndicales suite à la désignation des travailleurs au sein du Ces, le cafouillage dans l’organisation du dernier concours de recrutement d’agents contractuels de l’Etat, le fonctionnement du Ces, l’affaire Dangnivo… Le 82ème invité de la rubrique «Sous l’arbre à palabre» de «L’évènement Précis», Laurent Mètongnon a, pêle-mêle, apprécié l’actualité sociopolitique notamment celle du monde syndical. Ceci, en présence de plusieurs journalistes et sous la supervision du Directeur de publication, Gérard Agognon. De façon globale, le monde syndical, contrairement à ce qui est vu de l’extérieur, se porte très bien, selon Laurent Mètongnon. « Puisque les derniers mouvements de grève de janvier à mai 2014 ont permis aux travailleurs de comprendre qu’il n’y a qu’eux-mêmes qui puissent défendre leurs droits ». En effet, s’exprimant ainsi, le Secrétaire général de la Fésyntra Finances confirme que certains de ces pairs ont pris de l’argent pour briser les derniers mouvements de grèves contre la volonté des travailleurs. Et même, « moi aussi, j’étais approché et pourtant j’ai refusé… », martèle l’invité. Selon qui l’exclusion de la Cstb de la 5ème mandature demeure une récompense pour les responsables syndicaux ayant œuvré à briser les derniers mouvements de grève. Il en a profité pour justifier l’absence de la Cstb à la séance de désignation des travailleurs à la 5ème mandature du Ces. « Accepter prendre part à cette séance revient à accepter tordre le cou aux textes. Ce que la Cstb a refusé», a justifié Laurent Mètongnon. Quant au fonctionnement du Ces et son importance dans le processus du développement du Bénin, l’invité de «Sous l’arbre à palabre» estime que c’est une institution très utile, parce que regorgeant de têtes bien faites, dont les conseils doivent être plus considérés dans les prises de décision par le chef de l’Etat. Ceci pour éviter les situations chaotiques à l’image de l’organisation du dernier concours de recrutement d’agents contractuels de l’Etat. Par ailleurs, le syndicaliste est revenu sur l’affaire Dangnivo dans laquelle il réclame toujours la vérité. Les échanges ont pris fin par la signature du livre d’or et une photo de famille.