La Nouvelle Tribune

Troisième gouvernement

Espace membre

Boni Yayi fabrique de nouveaux ennemis
Le nombre des personnes frustrées de n’avoir pas eu certainement leur part de privilèges semble s’accroître dans l’entourage du président de la République depuis la proclamation mercredi dernier de la liste de son troisième gouvernement.

De nouveaux ennemis du régime du changement et de son chef s’annoncent. Beaucoup de ceux qui s’activent dans le champ politique du président Boni Yayi commenceraient-ils par perdre espoir ? Tout porte à le croire depuis la proclamation du troisième gouvernement du changement. Il s’agit entre autres de certains des ministres qui ont perdu leur portefeuille à la faveur donc du dernier remaniement, de présumés défenseurs du changement dans certains départements notamment sous contrôle d’adversaires politiques, qui jusqu’à mercredi dernier espéraient leur récompense…Ainsi l’un des désormais anciens ministres, espérait au nom de ce qu’il était au « charbon » pour le chef, d’être maintenu dans le gouvernement. Mais hélas. Alors, la réaction de sa chapelle politique pourtant inféodée à l’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ne s’est guère fait attendre. Ainsi certains canards ont, dans leur publication de ce lundi, rendu compte des récriminations de cette alliance primaire dénommée, Alliance Convergence cauris (Acc), relative à son absence dans le nouveau gouvernement. Comme ce ministre, d’autres anciens ministres de Yayi ne comprennent pas selon leur entourage qu’ils soient débarqués malgré les nombreux risques qu’il leur est souvent arrivé de prendre pour leur chef. 

Priorité aux derniers venus, les premiers récriminent !
Les privilèges accordés au Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) dans le département du Plateau puis au parti renaissant Udd-Wologuèdè dans le Zou à l’occasion du dernier remaniement et de la nomination des nouveaux préfets créent des frustrations. Dans les régions de Kétou, Sakété, Pobè et autres localités du département du Plateau, bastion du Madep, ceux, comme l’ancien ministre de l’Education, Rafiatou Karimou et d’autres qui combattent depuis plus deux ans le Madep et d’autres forces politiques dans l’intérêt du changement, récriminent, selon leur entourage contre la promotion subite du Madep. Dans le département du Zou, en attendant peut-être qu’ils se prononcent eux-mêmes, la possibilité qui a été donnée à L’Udd-Wologuèdè de l’honorable Zéphirin Kindjanhoundé de faire nommer non seulement l’actuel ministre de la Réforme administrative, Joseph Ahanhanzo mais aussi le nouveau préfet des départements du Zou et des Collines, Armand Maurice Nouatin constitue selon certains jeunes qui travaillent avec eux, une injustice faite à des personnes comme Maxime Houédjissin, Edouard Aho et autres acteurs politiques d’Abomey et environ qui depuis avril 2006 pour les plus récents, sont engagés pour la cause du changement. Ces personnes de nouveau oubliées à l’occasion du dernier partage, peuvent-elles encore espérer leur prise en compte d’ici mars 2011 ?

Ludovic D. Guédénon