La Nouvelle Tribune

Chefs lieux

Espace membre

Des cadres dénoncent l’incohérence des décisions
Dans un communiqué rendant compte d’une réunion qu’il a tenue à Cotonou, un collectif de cadres revient sur l’incohérence et les contradictions qui ont caractérisé la conduite du dossier relatif à la désignation récente des chefs lieux des six nouveaux départements. Communique de presse
{joso}Les cadres ressortissants d’ Aplahoué, de Djougou, de Kandi, de Ouidah, de Pobè et de Savalou se sont réunis à Cotonou le 17 octobre 2008 pour examiner la question de la désignation des chefs lieux des douze Départements institués par la Loi n° 97-028 du 15 janvier 1999 portant Organisation de l’administration territoriale de la République du Bénin en son article 6 et ont fait les constats suivants:

1. le Ministre chargé de la Décentralisation, Issa Démonlé Moko, dans une première intervention télévisée le jeudi 09 octobre 2008 à une heure de grande écoute et sur les stations de Radio, a restitué au Peuple Béninois et au monde entier, les conclusions des travaux techniques de son département ministériel dans le cadre de la désignation des chefs lieux des départements.
2. Dès le lendemain de la déclaration du Ministre en charge de la Décentralisation, diverses réactions de contestation ont été enregistrées à Dassa, Savè et Allada.
3. Face à ces réactions, le Ministre en charge de la Décentralisation est intervenu à nouveau pour tenter d’expliquer que le Conseil des Ministres lui a demandé de « revoir sa copie » et de lui « proposer un découpage plus ambitieux » et qui tienne compte des « conditions culturelles et sociologiques ».
4. le Chef de l’Etat, a procédé lui-même, le 14 octobre 2008 à l’installation d’une nouvelle commission dirigée par M. Richard Adjaho, chargée de réfléchir sur un redécoupage territorial. 
  Après examen de la situation, les Cadres ressortissants d’Ap1ahoué, de Djougou, de Kandi, de Ouidah, de Pobè et de Savalou prennent le Peuple Béninois tout entier à témoin et ont fait les remarques suivantes:
1. Les critères sur lesquels la Commission Technique s’est basée pour statuer sur les choix des chefs-lieux des six nouveaux Départements découlent d’une loi qui a été votée et promulguée le 15 janvier 1997.
2. L’actuel Ministre chargé de la décentralisation est un spécialiste du domaine et un des acteurs de première heure du processus et à ce titre ne saurait se tromper sur la qualité du travail effectué par la commission.
3. La sortie médiatique du Ministre chargé de la décentralisation engage à notre avis la responsabilité du Gouvernement et de son Chef en premier lieu. Aucun Ministre sur un sujet aussi sensible et aussi important ne saurait aller au devant de la Presse sans l’aval de son Chef.
Suite à ces remarques, les cadres ressortissants d’Aplahoué, de Djougou, de Kandi, de Ouidah, de Pobè et de Savalou font observer que nul n’est au-dessus de la loi et que l’on ne saurait changer les règles du jeu, en cours de jeu.
Par conséquent ils exigent:
. L’application pure et simple des textes portant Organisation de l’Administration territoriale en République du Bénin.
. La prise sans délai d’un décret fixant les Chefs-lieux des six nouveaux Départements avant de procéder à un éventuel redécoupage
Fait à Cotonou, le 17 Octobre 2008
Pour le Collectif, Zantchédé Ahokpossi{/joso}

La responsabilité de Boni Yayi
Le président de la République, Boni Yayi est-il lui-même responsable du revirement spectaculaire 24 heures après la proclamation officielle des chefs lieux des nouveaux départements ? Assurément oui, estiment beaucoup d’observateurs. Et pour cause ! Le ministre Issa Démonlé Moko n’aurait jamais pu franchir un tel cap sans l’accord préalable de son désormais ex chef. Sinon comment comprendre qu’un ministre cordonne jusqu’à la proclamation des conclusions, les travaux d’un comté technique du genre de celui qui a proposé la désignation des six chefs lieux de départements sans au moins aucun compte-rendu d’étape ne serait-ce qu’en conseil des ministres ou directement au chef du gouvernement dont le fonctionnement est pourtant régis par une charte consacrée entre autres à la collégialité et la solidarité de tous ses membres autour des décisions de l’un quelconque de leurs collègues.

Ludovic D. Guédénon