La Nouvelle Tribune

Nominations au gouvernement

Espace membre

Le Madep accuse Yayi et décline toute responsabilité (*lire le communiqué)
La nomination du député François Abiola et du secrétaire général du Madep continue de faire des vagues. Le bureau politique de leur parti s’est réuni jeudi dernier à Adja-Ouère pour se prononcer sur la question.

Au finish, le Madep accuse le chef de l’Etat de procéder au débauchage de ses membres pour le fragiliser. Il indique, à cet effet, qu’il n’est pas représenté au gouvernement. Toutefois, le parti de Séfou Fagbohoun n’a été rien souligné sur des sanctions auxquelles sont exposés François Abiola et Kint Aguiar qui ont violé le principe de la discipline du groupe pour aller se sucrer aux côtés du président Boni Yayi.

Lire le communiqué de presse du mouvement africain pour la démocratie et le progrès (MADEP)
Le bureau politique du mouvement africain pour la démocratie et le progrès (MADEP) s’est réuni ce jour, jeudi 23 octobre 2008 à Adja-Ouèrè, sous la présidence effective de son président, l’honorable Séfou Fagbohoun et en présence des députés du parti, anciens et actuels.  L’ordre du jour portait sur l’analyse de la situation politique nationale et ses répercussions sur le parti, au lendemain du remaniement ministériel opéré par le président Boni Yayi le mercredi 22 octobre 2008. Le bureau politique prend note de la nomination dans le nouveau gouvernement de deux importants responsables du parti, l’honorable François A. Abiola, député à l’Assemblée nationale et monsieur Christophe Kint Aguiar, secrétaire général du MADEP.
Le bureau politique relève avec consternation que ces nominations, si elles devenaient effectives, ne constitueraient au mieux que des choix personnels et ne devraient être comprises que comme des aventures individuelles, sans aucune importance ni pour le développement du Bénin, ni pour la nécessaire décrispation du climat politique national dont l’urgence est chaque jour plus évidente. Au demeurant, le président Fagbohoun L. Séfou a eu à conseiller à maintes reprises au chef de l’Etat la seule solution capable de mettre notre pays sur la voie de la paix, du développement, de la consolidation de la démocratie et de l’unité nationale : entrer immédiatement en discussion sincère et constructive avec les différentes forces politiques nationales. En tout état de cause, le MADEP entend rester fidèle à la ligne arrêtée avec ses différents partenaires (G4, G13, et force clé), ligne rappelée dans la correspondance en date du 09 septembre 2008 adressée au chef de l’Etat. Malheureusement, nous assistons à des manœuvres de débauchage et la volonté de fragiliser et de détruire toutes les forces politiques organisées. Le bureau politique du MADEP appelle ses militants et toute la classe politique à rester calmes et à redoubler de vigilance pour le triomphe des idéaux du parti, dans la discipline, en vue de la consolidation des forces démocratiques, seul gage pour la satisfaction des ambitions légitimes de notre peuple.

{mosgoogle}

Fait à Adja-Ouèrè, le 23 octobre 2008-10-26

Etaient présents :
Fagbohoun L. Séfou : président
Antoine Kolawolé Idji : 1er vice président
Assane Seïbou             : 2ème vice président
Idelphonse Tognibo    : secrétaire général adjoint
Jean Baptiste Babatounde : trésorier général

François Sounouvou : secrétaire exécutif chargé des structures décentralisées
Basile Fassinou : sécrétaire exécutif adjoint chargé des structures décentralisées

Louis Vlavonou : député
Mathieu Ahouansou : ancien député
Adjibadé Kousounda : ancien député
Lamatou Alaza : ancien député
Pascal Agbokpongbey : ancien député
Médard N’Tcha M’Po : ancien député
Mounirou Omichessan : ancien député