La Nouvelle Tribune

Bénin : Boni Yayi transforme une messe catholique en meeting politique à Kérou

Espace membre

Jamais yeux de Béninois chrétiens catholiques n’ont vu l’abominable sacrilège qui a eu lieu Samedi dernier  à Kérou. Le chef de l’Etat lui-même en personne, a transformé  une messe dirigée par  le tout nouvel évêque de Natitingou à Kérou, en une rencontre politique où il a encore fait son charivari auto-flatteur. 

Ceci au mépris de l’autorité religieuse  et au nez et à la barbe du grand barbu. A peine l’évêque célébrant a terminé son sermon que le chef de l’Etat est monté sur l’extrade de l’autel pour s’adonner à son one-man-show habituel, haranguant les fidèles de ses «fameux exploits » à la table ronde de Paris, des dossiers dont il a discuté avec ses pairs à Malabo en Guinée-Equatoriale. Le tout ponctué d’applaudissements nourris comme dans un vulgaire meeting politique fcbe. Cela aura duré une vingtaine de minutes selon les images passées sur la télévision nationale que certaines indiscrétions appellent « télévision privée du chef de l’Etat ».  Mais là n’est pas la question. Le lieu, une église. Et quelle église ?, l’église Catholique. Devant qui, un évêque. Pour parler quoi ?, politique.  Visiblement, c’est «du no limit». Avec ces images, l’église catholique qui jusque-là, s’était montrée exemplaire et irréprochable, vient de fléchir. Les relations incestueuses entre le politique et le religieux ont ainsi atteint la cote d’alerte. Et si d’aucuns parleraient de point de visite du chef de l’Etat aux Béninois, plutôt que de meeting politique à l’église, il faut se demander si c’est le lieu idoine  à une telle activité.  Faut-il comprendre que le futur pasteur que le locataire de la Marina  prétend être, n’a aucun respect pour les lieux réservés à son «Dieu» ?  

Boko Haram à l’Eglise !

Le chef de l’Etat ne s’est pas contenté de battre l’estrade à l’église. Il y a amené  Boko Haram. Alors que l’antipathie de Boko Haram pour l’église catholique et autres chrétiennes, n’est que secret de polichinelle,  c’est dans les quatre murs de l’église catholique à Kérou, que le chef de l’Etat est allé faire le procès de la secte islamiste. Y parlant des mesures que lui et ses pairs envisagent pour aller en guerre contre Boko Haram. De quoi mettre les chrétiens catholiques Béninois dans le viseur de ses fous d’Allah  venus tout droit du Moyen Age et qui  font tout exploser sur leur passage. Dieu dit-on, veille sur le Bénin, mais quand par son chef le Bénin tire le diable  par la queue, n’y –a-t-il pas à craindre ? Plus jamais ça!