La Nouvelle Tribune

Table ronde de Paris : Martin Assogba demande au gouvernement de rendre compte des dépenses effectuées

Espace membre

Excellence Monsieur le Président de la République, Aux lendemains de la table ronde pour le financement du développement du Bénin organisée à Paris du 17 au 19 juin 2019, nous usons avec un sentiment de satisfaction de ces lignes pour vous adresser, à vous personnellement ainsi qu’à tous les membres de votre gouvernement, les plus vives félicitations de l’ONG ALCRER pour cette heureuse initiative dont le bilan augure de perspectives radieuses pour le développement de notre pays.

En effet, initialement destinées à mobiliser 2.900 Milliards de francs CFA pour booster les investissements dans notre pays et donner un nouvel élan à son économie, ces assises qui ont suscité un vif intérêt au sein de la communauté des hommes d’affaires étrangers ainsi que de la diaspora béninoise, ont permis d’avoir plus de 6.000 milliards de francs CFA d’intentions d’investissements dans notre pays. Ce résultat éloquent à mettre à l’actif de votre leadership, témoigne de votre engagement indéniable pour l’amorce rapide du développement de notre pays.

En prenant cette initiative, l’ONG ALCRER qui s’investit dans la promotion des droits de l’homme, de la bonne gouvernance à travers notamment la lutte contre la corruption et la délinquance financière ainsi que la promotion de l’éducation civique de nos populations en général et des jeunes en particulier, s’impose également le devoir d’attirer votre attention sur la nécessité pour votre gouvernement de procéder sans délai à une reddition de comptes relative à l’organisation de cette grande manifestation en informant l’opinion publique des dépenses générées par cette initiative au contribuable béninois.

Cette démarche qui s’inscrirait en droite ligne avec votre engagement à promouvoir dans toutes les sphères de la vie publique de notre pays la transparence à travers l’obligation de rendre  compte, s’avère d’autant plus nécessaire qu’elle permettra d’anticiper sur toute polémique relative au coût réel de cette table ronde pour les caisses de l’Etat et de témoigner de toute l’opportunité de cette initiative.

En comptant sur votre attachement indéfectible à la promotion de la bonne gouvernance, nous prions, Excellence Monsieur le Président de la République, d’agréer nos sentiments déférents.

Le Président,
Martin ASSOGBA