La Nouvelle Tribune

Etude de la proposition de résolution contre Nago ce jour

Espace membre

Le président Nago, réussira-t-il à sauver son fauteuil ?La plénière de tous les dangers
Le dossier de destitution du président de l'Assemblée nationale, Mathurin Nago, refait surface. Les députés signataires de la proposition de résolution pour vérifier sa gestion n'ont guère démordu.

Une session extraordinaire a été ouverte pour examiner ce dossier. Les rumeurs persistantes font état déjà de ce que la séance plénière de ce jour risque d'être tumultueuse à l'hémicycle, vu la position des uns et des autres.

Les députés vont se retrouver une fois encore ce jour après la plénière manquée du vendredi dernier pour entamer l'étude de la proposition de résolution introduite par un certain nombre de députés pour contrôler les activités et la gestion du président Mathurin Nago. Ce dossier, on se rappelle avait suscité au sein des parlementaires de nombreuses polémiques. Selon certaines informations, les députés signataires de cette proposition de résolution veulent démettre de son perchoir l'actuel président de l'Assemblée nationale. Pour d'autres, il n'en est pas question. La séance plénière de ce jour qui sera consacrée exclusivement à ce dossier sera probablement électrique et pleine de suspense à voir les contours de ce dossier. Des sources proches du parlement évoquent déjà l'idée d'une éventuelle destitution puisque les mêmes sources ignorent les raisons profondes qui motivent l'acharnement autour de ce dossier. On se rappelle que cette proposition de résolution avait été suscitée il y a quelques mois au moment où la crise parlementaire avait atteint un seuil critique. Députés de la majorité présidentielle et ceux dits de " l'opposition parlementaire" constitués constituant le G4, le G13 et de Force Clé étaient à couteaux tirés depuis la veille des dernières élections communales. Le président de la Cena élu en son temps avait été l'objet de toutes les contestations. Son élection avait été reprise plusieurs fois sans grand changement puisque les partisans politiques du G4, G13 et Force Clé ont dicté leur loi à ceux de la majorité présidentielle qui étaient minoritaires. De contestations en contestations, cette crise avait conduit les partisans du chef de l'Etat à arrêter en son temps des militants de la Rb membre du G4, pour vol de cartes d'électeurs. La crise s'est finalement enlisée au parlement avec le projet de destitution du président de l'Assemblée nationale suscité par les députés de " l'opposition parlementaire".

De quoi s'agit-il ?
En effet, une proposition de résolution avait été introduite par 44 députés suite au rejet du rapport d'activités du président Mathurin Nago par ces derniers. Ils lui reprochaient une mauvaise gestion de l'institution parlementaire qui n'exerce plus correctement ses prérogatives constitutionnelles. Mais des insuffisances avaient été relevées dans le rapport déposé. Une nouvelle proposition voulait être introduite pour corriger la précédente lorsque le président Nago et ses alliés Fcbe ont opposé un refus catégorique à l'introduction de cette nouvelle proposition de résolution. Le dossier est alors resté sur la table de la commission des lois jusqu'à ce jour. Finalement avec la pression des députés du G4, G13 et Force Clé, le président de l'Assemblée nationale serait en train de céder. C'est pour cette raison qu'une session extraordinaire a été demandée pour évacuer ce dossier. Avant que ce point ne soit inscrit à l'ordre du jour de la présente session extraordinaire, les députés de " l'opposition parlementaire" auraient menacé de rejeter le prochain rapport d'activités du président Nago si rien n'est fait pour étudier à temps ce dossier avant son ouverture d'octobre 2008.  Face à tout ce qui précède, on se demande quelle sera l'issue de cette proposition de résolution visant à contrôler sa gestion. Les députés signataires, iront-ils au bout de l'idée de la destitution ventilée depuis quelques temps au parlement ? Vont-ils mettre réellement en place la commission d'enquête pour contrôler la gestion de Nago et ses activités parlementaires? Autant d'interrogations qui trouveront leurs réponses ce jour à l'Assemblée nationale au cours de l'étude de cet important dossier.

Ismail Kèko