La Nouvelle Tribune

Affaire PVI : « Si le Bénin est méprisé, il peut même se retirer de l’Ohada… » Marcel de Souza

Espace membre

Les premières réactions des membres du gouvernement au sujet de la fameuse décision de la Cour commune de justice et de l’arbitrage de l’Ohada ont commencé à tomber. Hier, Marcel de Souza, ministre du développement a contesté la décision de cette Cour, affirmant que le Bénin n’a pas pris part au procès.

On attendait la voix du gouvernement après cette décision de la Ccja. Hier, enfin, on l’a eue. Irresponsable, éparpillée et désordonnée. Deux ministres se sont prononcés hier sur cette décision. Au cours d’une rencontre avec la presse au sujet de la table ronde de Paris, le ministre du développement Marcel de Souza, a annoncé les couleurs en disant que le ministre de la justice répondra à cette question au nom du gouvernement. Il ajoutera néanmoins que le Bénin n’a pas pris part au procès. « Pour ce genre de truc, on vous demande de nommer un arbitre et un avocat. Talon a nommé son arbitre, son avocat. Malheureusement nous n’avons pas envoyé nos arbitres, ni nos avocats. Et la décision a été rendue et on a été condamnés », clarifie Marcel de Souza. Quant au paiement, le gouvernement s’y oppose. « Il est hors de question qu’on paie cet argent. On a cinq voies de recours. On a choisi trois avocats pour nous aider. Pour que cette décision soit appliquée, il faut que le tribunal du Bénin exéquatur cette décision. C’est-à-dire que le tribunal autorise son exécution au Bénin. On va bloquer la mise en œuvre de la procédure », avertit ce ministre avant d’ajouter « si le Bénin est méprisé, il peut même se retirer de l’Ohada. L’essentiel c’est de ne pas payer ces ressources».