La Nouvelle Tribune

Affaire Talon - PVI : «Le trésor public n’entend pas verser 1 Franc à qui que ce soit» Valentin Djènontin

Espace membre

Les autorités béninoises réagissent enfin à la condamnation du Bénin dans le dossier Pvi (programme de vérification des importations). Cette première réaction des autorités béninoises dans ce contentieux commercial qui oppose la société Bénin Control de l’homme d’affaires béninois Patrice Talon à l’Etat béninois émane du ministre de la Justice, Valentin Djènontin. 

A la sortie d’une audience à lui accordée ce lundi 26 mai 2014 par le chef de l’Etat, Boni Yayi, le «Monsieur Justice» est revenu sur la condamnation du Bénin dans le dossier Pvi. Et sa réaction qui est à priori celle de tout le Gouvernement, est sans ambages ni équivoque. «Le Trésor public n’entend pas verser 1 franc a qui que ce soit», a déclaré le garde des sceaux, Valentin Djènontin. Cette décision qui laisse croire que les autorités de Cotonou n’entendent point retourner à Bénin Control le Pvi encore moins de lui verser une quelconque somme pour dédommage et intérêt, le ministre de la justice la justifie par le fait que «le Bénin n’a pas été écouté» par les juges de la Cour commune de Justice et d’arbitrage (Ccja) de l’Ohada avant leur verdict. Mieux, le Garde des Sceaux rappelle que le sieur Talon devenu richissime homme d’affaires depuis seulement une trentaine d’années, a construit sa fortune sur les richesses nationales. Intervenu le 13 mai dernier, à la veille du surprenant pardon accordé par le président Boni Yayi à Patrice Talon et ses co-accusés dans les présumées affaires politico-juridiques de tentative d’empoisonnement contre sa personne et d’atteinte à la sureté de l’Etat, le verdict des juges de la Ccja dans ce contentieux commercial est défavorable à l’Etat béninois. Ce dernier est en effet condamné à verser à la société Bénin Control qui jusqu’au 07 mai 2012 gérait le programme, la faramineuse somme de 129 milliards de Francs Cfa à défaut de lui retourner la gestion du Pvi.