La Nouvelle Tribune

Conseil économique et social : un nouveau décret pour empêcher la représentation de la Cstb

Espace membre

(La Cstb dénonce un complot contre les travailleurs) Le Gouvernement du Bénin, a pris, 18 avril dernier, un nouvel arrêté fixant les modalités d’élection des représentants des divers organismes au sein du conseil économique et social. Lequel abrogeant les anciennes dispositions existantes en la matière, vicie de par son contenu, le processus de désignation des représentants des confédérations au sein de la 5ème mandature du Ces et vole, notamment, aux travailleurs affiliés à la Cstb, leur droit de se faire représenter.

Depuis le 18 avril 2014, le décret n°2014-262 du 18 avril 2014 abroge celui n° 99-150 du 31 mars 1999 fixant les modalités d’élection des représentants des divers organismes au sein du Conseil économique et social (Ces). Seulement, cette nouvelle disposition qui stipule en son article 4 que : « les quatre représentants des syndicats de travailleurs sont élus par un collège électoral constitué par cinq délégués de chaque centrale syndicale reconnue… », frise un complot contre les travailleurs. Ceci, quand on sait qu’elle intervient à la veille de la désignation des représentants des confédérations au sein de la 5ème mandature du conseil économique et social (Ces) et au lendemain de la suspension prématurée de la grève par certaines organisations syndicales. C’est ce complot qu’a dénoncé la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (Cstb) à travers sa déclaration, N° 024-14/Cstb/ Sg/ Sa, rendue publique le 20 mai dernier. En effet, d’après le Secrétaire général fédéral de la Cstb, Paul Essè Iko et ses pairs, « le nouveau décret vole aux travailleurs de la Cstb, leur droit de désigner, eux-mêmes et directement, leurs représentants au Ces ». Aussi, viole-t-il plusieurs d’autres dispositions existantes. Au nombre de celles-ci, Paul Essè Iko évoque l’article 7 du décret N°2013-552 du 30 décembre 2013 portant différentes formes d’organisations syndicales et les critères de leur représentativité qui n’a pas été non plus visé. Ajouté à tout ceci, la déclaration de la Cstb rappelle que seuls les résultats des dernières élections professionnelles datant de 2006 et qui font d’elle, la confédération majoritaire - donc, qui devrait avoir plus de sièges-, restent valables. Ceci, conformément à l’article 6 (alinéa 3) du décret 2013-553 et l’article 7 du décret n°2013-552 du 30 décembre 2013, pour toute désignation de représentation. En somme, à travers sa déclaration, la Cstb dénonce des machinations visant à l’écarter de la 5ème mandature du Ces.