La Nouvelle Tribune

Me Jacques Migan expose les immenses chantiers du Cifaf

Espace membre

A l’initiative et en présence du Secrétaire Général de la Francophonie, Monsieur Abdou Diouf, l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif) a organisé à Paris, les mardi 20 et mercredi 21 mai 2014, les journées des réseaux institutionnels de la Francophonie.

Au cours de ces journées, le bâtonnier Jacques Migan, directeur du Centre international de formation en Afrique des avocats francophones(Cifaf) a fait un bilan assez élogieux de son institution en Afrique. L es réseaux institutionnels de la Francophonie qui se réunissent tous les deux ans apportent une contribution majeure au rayonnement des engagements francophones et à la mise en œuvre, en particulier, de la Déclaration de Bamako, texte normatif et de référence de l’action de la Francophonie en faveur de la promotion de la Paix, de la Démocratie et des Droits de l’Homme (3 novembre 2000), de la Déclaration de Saint-Boniface sur la prévention des conflits et la sécurité humaine (14 mai 2006), et de la Déclaration de Paris adoptée par la IVe Conférence des ministres francophones de la Justice (14 février 2008). Elles fédèrent les Institutions de mêmes compétences installées dans les pays francophones. Ils sont les acteurs principaux d’une coopération professionnalisée et de proximité, privilégiant l’échange d’expériences, de connaissances et le développement de solidarité entre pairs. Au cours des journées de cette année, le Bénin se distingue par la présence de plusieurs de ses fils qui sont intervenus respectivement sur les thèmes suivants. En dehors du bâtonnier Migan qui a présenté une communication sur le thème « l’expérience du Cifaf au service de la formation des avocats : bilan et perspectives. », le Bâtonnier Robert Dossou, Ousmane Batoko, Dorothée Sossa,Théodore Holo, Michel Romaric Azalou ont présenté des communications. Le Bâtonnier Jacques MIGAN, Directeur du Cifaf, a mis l’accent sur les innovations qui ont marqué le développement du Cifaf en termes de formation des avocats francophones d’Afrique de 2012 à 2014. Il y a la participation des avocats stagiaires à la session de formation initiale réservée aux trois premiers secrétaires de la conférence de stage. Cette forme de désignation favorise l’émulation des avocats et fait de la formation initiale une formation d’élite. Ces jeunes avocats seront après dix années d’expériences des formateurs au Cifaf. Et aussi l’organisation des sessions de formation délocalisées. Ainsi, lorsqu’il est organisé une formation continue dans un pays donné, les avocats des pays qui jouxtent le pays organisateur participent à ladite formation. Tel est le cas de la première session de formation continue qui s’est déroulée à Kigali (Rwanda) en décembre 2012 en prélude à la tenue du congrès de la CIB. Cette formation continue au Rwanda a connu la participation de 247 avocats francophones, venus essentiellement des barreaux de l’Afrique de l’Est. Le Cifaf a ensuite organisé en prélude à la célébration du 25ème anniversaire du barreau du Niger une session de formation continue en novembre 2013 à Niamey. Cette session a réuni 204 avocats venus des barreaux de l’Afrique de l’Ouest. Enfin, il s’est tenu à Abidjan en Côte d’Ivoire une session de formation continue en décembre 2013, en prélude à la tenue des assises de la CIB. Ladite session de formation a regroupé 113 avocats venus de différents barreaux de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale.