La Nouvelle Tribune

Porto-Novo

Espace membre

Soulèvements contre Karim da Silva
Depuis quelques jours, le mercure est monté au sein des populations riveraines de la lagune de Porto-novo et plus précisément les exploitants du sable lagunaire des quartiers Adjina, Djassin-Daho, Djassin-Zounmè et Louo.

Pour cause, une machine géante dénommée <<Drague>> a été implantée au bord de la lagune de Porto-novo et précisément au quartier Adjina où réside depuis plusieurs décennies des populations riveraines exploitant le sable lagunaire. La drague appartiendrait à Urbain Karim da Silva, un des sages de la ville de Porto-novo. Malgré le refus catégorique des populations riveraines d’implanter cette drague, Karim da Silva se serait entêté à faire fonctionner la machine pour extraire des camions de sable lagunaire. C’est cette situation qualifiée de « suicidaire» par les riverains qui a fait monter la tension le vendredi dernier à Porto-novo puisque ces derniers s’opposent à l’extraction du sable lagunaire par la drague. Selon un porte-parole des exploitants manuels, cette drague aurait des conséquences fâcheuses sur l’environnement à voir la vitesse et la puissance de la drague. A en croire leur explication, les côtes lagunaires peuvent à la longue s’affaisser, la profondeur qui sera suscitée après exploitation engendrera des noyades fréquentes des barques des pêcheurs  et les risques d’affaissement du pont de Porto-novo compte tenu des secousses de la drague. Après la réaction des exploitants de sable, Karim da Silva se serait rendu lui même sur le site avec des policiers armés pour affronter les exploitants manuels de sable. Ce qui a suscité leur colère et leur révolte. N’eut été la sagesse de certaines personnes, des cas de morts seraient enregistrés ce jour là. Mais les riverains menacent de revenir bientôt à la charge et se préparent même à mettre le feu à la drague si les autorités compétentes, c’est à dire le préfet Inès Aboh et le maire Océni Moukaram et même le ministre de l’intérieur ne jouent pas la médiation pour ramener le vieux Karim da Silva à la raison.

Ismail Kèko