La Nouvelle Tribune

Après le départ de Dandjinou

Espace membre

D’importantes réformes annoncées au Port de Cotonou
Le port de Cotonou sera bientôt l’objet de plusieurs importantes réformes. Le directeur général par intérim, Cyriaque Atti-Mama, rendra bientôt publics les différents chantiers actuellement en cours pour remédier aux nombreux problèmes auxquels ce poumon de l’économie nationale est confronté. Le port de Cotonou pourrait remédier dans un avenir très proche  à l’un des épineux problèmes auxquels il est actuellement exposé. Il s’agit de la gestion du mouvement des camions qui perturbent dangereusement la circulation dans la ville de Cotonou. De sources porches de l’administration portuaire, le directeur général par intérim, qui a pris la succession de Jérôme  Dandjinou, s’est donné pour priorité, de trouver une solution appropriée à cette situation  très décriée par l’opinion. C’est ainsi qu’un site a été identifié et aménagé dans  la zone de Zè, pour servir de parking aux camions et autres véhicules d’escorte en direction des pays de l’hinterland. Ceci permettra une bonne maîtrise du flux des camions au port et dans la ville de Cotonou et une meilleure organisation de l’escorte douanière. Il est également prévu la création d’un centre de gestion et de suivi électronique des camions. Ce projet serait financé par des partenaires canadiens. L’autre défi que l’actuel patron du port autonome de Cotonou entend relever est la modernisation de l’exploitation de la plateforme portuaire. Dans peu de temps donc, il sera procédé à la libération de certains espaces jusque-là occupés par des conteneurs dont les contenus sont sous le coup du dépôt douanes. A cela, il faut ajouter le projet de construction d’un port sec à Djrègbé. Selon nos sources, les réformes qu’entend entreprendre le Dg par intérim, Cyriaque Atti-Mama ne s’arrête pas à ce niveau. Il est également inscrit sur son agenda, l’ouverture d’une représentation du port de Cotonou au Mali. Une opération de charme sera également lancée en direction des pays de l’hinterland ainsi que de certains pays européens.
Pour l’heure, et en croire des travailleurs du port autonome de Cotonou, d’autres réformes sont déjà intervenues dans la gestion administrative du port. Ces dernières concernent notamment  l’allègement de l’organigramme, notamment en ce qui concerne le nombre des départements spéciaux. Ce qui remet en cause le choix opérés sous Jérôme Dandjinou. Ainsi, de 9 en mars dernier, ils sont passés à 4 avec la création d’un département en charge de la gestion de l’environnement. Quant aux services, leur nombre est ramené de 48 à 38.
Ces diverses actions, si elles se concrétisent, devraient contribuer à rendre le port de Cotonou capable de répondre aux exigences d’une structure compétitive aux plans national, régional et international. Reste au directeur général par intérim, Cyriaque Atti-Mama,  de réussir à obtenir l’adhésion du gouvernement de sa nouvelle politique.  

Benoît Mètonou