La Nouvelle Tribune

L’Un et sa base discutent des réserves portées sur la correction de la Lépi

Espace membre

Une délégation de la coordination nationale de l’Union fait la nation (Un) avec à sa tête le président Amoussou Bruno, a tenu dimanche dernier, à son siège national sis à Fifadji, une séance de travail avec des représentants des différents partis affiliés à l’Union sur les réserves constructives qu’elle a faites sur la correction de la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) dont la correction est en cours actuellement.

C’est de la discussion que jaillit la lumière. L’Union fait la Nation, l’un des plus grands regroupements politiques au Bénin l’a compris. Une délégation de cette formation politique dirigée par le président Amoussou Bruno a tenu une séance de travail avec ses militants, dimanche dernier à son siège national sis à Fifadji. Objectifs,  permettre aux militants et sympathisants de comprendre les réserves que  l’Union a portées contre la manière scabreuse avec laquelle on conduit la correction de la Liste électorale clocharde qui a servi au KO de 2011, prendre leurs appréciations sur la récente tournée d’une délégation de l’Un à Kandi et revenir sur les vœux formulés aux travailleurs béninois à l’occasion du 1er mai.  Les observations de l’Un pour une bonne Lépi sont de l’ordre de 09. Il s’’agit entre autres  de la publication par catégorie des résultats bruts du recensement, par village ou quartier de ville, arrondissement, commune et département afin d’apprécier les traitements et de déceler d’éventuelles manipulations ; de porter l’accès aux données de la Lépi  à quatre personnes dont deux désignées par l’opposition et deux autres par la mouvance. De même, l’Un exige un nouvel enregistrement général et exhaustif  de tous les électeurs par département et surtout des statistiques sur les  nouveaux recensés et les anciens. 

Des militants engagés

Pour les militants qui ont participé à cette séance de travail, les observations des leaders de l’Un sont légitimes. Les différentes interventions de ceux-ci sont venues attester ce que dénoncent les leaders. Selon leurs témoignages, au cours de la réalisation de l’ancien Lépi, des opérateurs de l’enregistrement ont abusivement enregistré que des personnes n’avaient pas de pouce alors qu’elles en avaient de lisse en raison des activités champêtres qui ont usé leurs doigts. De nombreuses personnes enregistrées sans pièce d’identité et des mineurs qui se sont servis des cartes Lépi pour voter. Ces militants qui ne veulent plus d’un autre K O du genre de 2011 ont affirmé leur détermination à continuer la veille citoyenne aux côtés de leurs leaders.