La Nouvelle Tribune

Transmission du projet de budget général de l’Etat

Espace membre

Branle-bas dans les ministères
Des cadres de l’administration de certains ministères travaillent depuis quelques jours sans repos afin d’apporter les dernières touches au projet de budget général de l’Etat exercice 2009. La nuit du dimanche à lundi a été décisive.

Des cadres de certains ministères passent depuis quelques jours la nuit au service. Et pour cause ! Pris certainement de cours par le deadlines, ces cadres de l’administration de certains départements ministériels notamment celui de l’Economie et des Finances acceptent donc tous les sacrifices que leurs imposent les derniers travaux sur la préparation du projet de budget général de l’Etat exercice 2009. Ainsi, les mouvements et autres signes de branle-bas qu’on note dans ces ministères aux heures régulières de travail depuis quelques jours semblent insuffisants pour terminer d’apporter les dernières touches dans le délai. Pour ce faire, un noyau de cadres en service au ministère de l’Economie et des Finances et plusieurs autres ministères accepte de passer la nuit à travailler sur le projet de budget de l’Etat dont le délai de transmission à l’Assemblée nationale expire bientôt.
Au cours du week-end, des instructions venues du ministère des Finances et de l’économie  ont presque sommé les autres ministères de transmettre leurs projets respectifs incessamment. Des cadres des départements concernés, notamment ceux des Directions de la programmation et de la prospective, se sont alors mobilisés, certains ayant dû passer une nuit blanche dans leurs bureaux, pour finaliser le document et le transmettre à la direction du budget du ministère des Finances.
  Aux termes de l’article 94  du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et conformément à l’article 109 de la Constitution du 11 décembre 1990, le gouvernement doit transmettre le projet de loi des finances à l’Assemblée nationale, au plus tard une semaine avant l’ouverture de  la session consacrée à  son examen et à  son adoption. Cette session ordinaire, la deuxième et la dernière au titre d’une année conformément à l’article 04 du règlement intérieur de l’institution et de l’article 87 de la Constitution du 11 décembre 1990, s’ouvre dans le cours de la deuxième quinzaine du mois d’Octobre. Donc à partir de demain. Le respect de cette disposition implique que le gouvernement doit transmettre au président de l’Assemblée nationale, le projet de loi des finances au plus tard le 24 Octobre si on suppose que le président Mathurin Nago convoque la session pour le 31, dernière date possible d’ouverture de ladite session.
On comprend donc pourquoi la pression est  mise sur les cadres des différents ministères, les obligeants à s’engager dans une course contre la montre pour transmettre leurs budgets.

Ludovic D. Guédénon