La Nouvelle Tribune

Eventuel échec du Cos-Lépi : Eric Houndété décline toute responsabilité de l’institution parlementaire

Espace membre

Le président Mathurin Nago, dans son rapport d’activités, n’a pas manqué de remercier tous les députés pour leur engagement en faveur de la réussite de l’opération de correction et d’actualisation de la Lépi et également pour leur déplacement sur le terrain dans le cadre de la sensibilisation des populations pour l’audit participatif, sans oublier tous les efforts fournis dans ce cadre.

«Ceci montre que vous continuez d’accompagner l’opération jusqu’à la fin. Espérons que, avec nos collègues du Cos-Lépi, nous allons réussir à finaliser cette opération pour le bien commun» a-t-il ajouté. Mais au cours des débats ce jour à l’hémicycle, le député Eric Houndété, très acerbe, déclare «nous nous entêtons à faire de la Lépi, un dossier de l’Assemblée nationale. Non!». Il poursuit en expliquant que l’institution parlement n’a fait que mettre sur pied une commission indépendante qu’ils appuient de temps en temps. Mais pour lui, ce n’est pas uniquement une opération de l’institution parlementaire contrairement à ce qu’on tente de faire croire. Pour ce faire, il déclare qu’il ne sera pas comptable de l’échec du Cos-Lépi. «Si ça ne marche pas, je ne veux pas être associé à ça. J’ai fait tous les efforts que je peux faire en tant que citoyen et tant que parlementaire, mais si le Cos-Lépi ne réussit pas, je n’en suis pas responsable. Alors que vous semblez dire que c’est une responsabilité qui sera partagée en cas d’échec » insiste t-il. Cette préoccupation du député Eric Houndété relance une fois encore les remeurs selon lesquelles, seuls les députés veulent corriger la Lépi et n’entendent pas associer les autres couches de la société telles que la société civile, les magistrats et autres. Alors dans ces conditions, à qui reviendra le tort si un éventuel échec des opérations était annoncé.