La Nouvelle Tribune

Mairie de Sèmè-Kpodji

Espace membre

Fcbe en difficulté
Après le règlement du contentieux électoral de l’arrondissement de Djrègbè, les tractations pour la conquête de la mairie de Sèmè-Kpodji s’intensifient. Les Forces politiques concernées se sont jetées dans la bataille. C’est ainsi que les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) sont en passe de perdre la mairie, grâce à un jeu d’alliance entre  le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la liste indépendante Alléluia.  A moins que le pouvoir parvienne à réussir à nouveau l’exploit de renverser la tendance en sa faveur, au dernier moment.  

Les élections en vue de la désignation du  prochain maire de la commune de Sèmè-KJpoji seront de haute lutte. Aux dernières nouvelles Fcbe est en passe de ne pas pouvoir réitérer le même exploit qu’à Abomey-calavi, et pour cause.  En effet, de sources concordantes,  les négociations sont très avancées entre le Prd et l’alliance Alléluia dans la perspective des élections.  Un protocole est prévu pour être signé ce jour à Porto-Novo entre les deux parties, qui va définir la répétition des postes.
Fcbe est en train de perdre la face dans les tractations  pour deux raisons fondamentales : ses démêlés antérieurs avec le chef de file de l’alliance Alléluia, ensuite la décision de la Cour suprême sur les élections  dans l’arrondissement de Djrègbé, qui n’a pas été favorable au regroupement de partis proche du pouvoir. Cela est d’autant plus vrai qu’il y avait eu des tensions entre militants de la liste Alléluia et ceux de  Fcbe, le jour des élections dans l’arrondissement de Djeffa. Autre situation embarrassante pour le pouvoir, les instructions de la haute juridiction ordonnant l’installation du conseil communal de Sèmè-Kpodji sans attendre le règlement du contentieux électoral de l’arrondissement d’Aholouwèmè où il y a deux sièges en discussion. Pour l’heure, le Prd a 14 conseillers, Fcbe 09 sièges et la liste Alléluia en a 02. C’est dire qu’a priori, les cauris n’ont visiblement pas les moyens d’avoir la majorité absolue.

Chat échaudé
Toutefois, tout peut changer, surtout que le pouvoir en place dispose de plusieurs atouts. Connaissant le caractère changeant des hommes politiques béninois, rien n’est joué tant que les élections ne sont pas encore faites. L’expérience des élections à la mairie de Calavi est éloquente. Avant la sortie des décisions de la Cour suprême, personne ne pouvait présager que le parti la Renaissance du Bénin allait perdre cette commune. Mais, au dernier moment, on a assisté à des retournements de situations presqu’inédites, caractérisées par des séquestrations de conseillers  par-ci, des retournements de veste par-là. Rien n’exclue donc que le même scénario ne se répète dans le cas de Sèmè. C’est sans doute pour ne pas subir le même sort que la Rb que le Prd cherche à formaliser ses accords avec la liste indépendante. Seulement, en matière politique,  un protocole d’accord reste ce qu’il est et peut être remis en cause à tout moment. C’est pourquoi il convient de rester prudent, jusqu’à la tenue du scrutin, le pouvoir du changement ayant déjà donné la preuve de sa capacité à retourner en sa faveur les situations les plus désespérées.