La Nouvelle Tribune

Crise sociale au Bénin : gouvernement et partenaires sociaux se retrouvent de nouveau ce jour

Espace membre

Après un énième échec lundi 07 avril dernier, des négociations devant conduire à la suspension de la motion de grève des enseignants, un nouveau round est prévu pour ce jour. Cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la Commission nationale de négociation Gouvernement/Partenaires sociaux aura lieu à l’Infosec de Cotonou.

Elle devrait permettre et au gouvernement et aux partenaires sociaux, notamment les enseignants d’échanger sur les revendications des travailleurs afin d’aplanir leurs points de vue. Lesquels points sont aujourd’hui divergents  notamment en ce qui concerne l’extension aux enseignants des avantages du décret 2011-505 du 05 août 2011 portant institution d'un coefficient de revalorisation de 1,25 de l'indice de traitement des agents de l'Etat. Cette revendication à l’origine des mouvements de grève ayant conduit en 2012 à la fermeture des portes des écoles pendant un peu plus de trois mois, faut-il le rappeler, est  aujourd’hui, la seule véritable exigence des enseignants pour la reprise des activités académiques. Ces dernières sont paralysées depuis le début de l’année 2014 à la suite d’un mouvement de protestation déclenché par les principales Centrales et Confédérations syndicales et la Fésyntra-Finances pour réclamer, entre autres, le respect des libertés démocratiques et syndicales. Ce respect des libertés pour les travailleurs en grève, se traduit par le limogeage du préfet des départements du Littoral et de l’Atlantique, Placide Azandé et du Commissaire central de la ville de Cotonou, Pierre Agossadou, jugés responsables de la répression dans le sang de la marche pacifique organisée le 27 décembre 2013 par les Confédérations syndicales.

Cette rencontre de négociation, la deuxième dans le cadre de la commission nationale, s’annonce décisive tant les enjeux sont grands : mettre fin à plus de trois de débrayage et sauver l’année scolaire aujourd’hui menacée.