La Nouvelle Tribune

Crise sociale au Bénin : l’Unamab accorde encore un mois de moratoire au gouvernement

Espace membre

L’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) a accordé un nouveau moratoire d’un mois au gouvernement. C’est au terme du premier moratoire qui est arrivé à son terme le vendredi 04 avril dernier.

« Si nous devons tenir compte de la mauvaise foi du Gouvernement, on aurait pas accordé ce nouveau moratoire. C’est beaucoup plus pour soulager les justiciables», a expliqué Michel Adjaka, président de l’Unamab, lors du point qu’il a fait a l’issue d’une assemblée générale extraordinaire tenue par les magistrats le vendredi dernier. Selon lui durant le premier moratoire accordé, le gouvernement est beaucoup plus resté dans la logique d’une reprise des mouvements de débrayage, plutôt qu’un dégel de la crise.

Le magistrat a cité en exemple le passage en force orchestré par le gouvernement en procédant à l’installation du nouveau président du tribunal de première instance de Cotonou, Euloge Akpo, dont la nomination fait l’objet d’une contestation, parmi d’autres. Ces contestations faut-il encore le rappeler constituent l’un des points inscrits sur la plate-forme revendicative des magistrats et intitulé : « la correction des irrégularités contenues dans les nominations de 2013 et de 2014 ».

En ce qui concerne le second point de revendication intitulé : « la mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité de tous les magistrats », le président de l’Unamab a laissé entendre que le gouvernement a commencé à mettre en place quelques dispositifs de sécurité. Il espère qu’en un mois, le gouvernement va finir d’installer le dispositif de sécurité.

Michel Adjaka a souligné que les grèves pourraient reprendre dès le 05 mai 2014, si le gouvernement ne fait rien pour satisfaire aux revendications de magistrats avant l’échéance du moratoire supplémentaire.