La Nouvelle Tribune

Lépi : les révélations des maires de la mouvance sur l’audit participatif

Espace membre

Le collectif des maires de la mouvance présidentielle ne veut pas rester en marge de l’actualité nationale. Réunis hier mardi 25 mars à Dassa- Zoumè dans le département des Collines, ils se sont penchés sur  le démarrage des opérations d’actualisation de la Lépi et la grève dans le secteur éducatif et certaines administrations. 

Présidé par Mathias Gbèdan, maire de Sèmè-Podji, ces maires, qui ont réaffirmé leur « soutien indéfectible » au président Boni Yayi, ont relevé une série de désagréments dans le début du processus d’actualisation de la Lépi. Ils ont  aussi invité les grévistes à « un sursaut patriotique en reprenant le travail.» Lisez ci-dessous l’intégralité  leur déclaration.

ANALYSE DE L’ACTUALITE SOCIOPOLITIQUE NATIONALE : DECLARATION DES MAIRES DE LA MAJORITE PRESIDENTIELLE

Ce jour mardi 25 mars 2014, les maires de la majorité présidentielle se sont réunis à Dassa-Zoumè dans le département des Collines pour une analyse de l’actualité politique dominée par le démarrage des opérations d’actualisation de la Lépi et les faits de grève qui perdurent dans certaines administrations.

Sur ces deux sujets, les maires de la majorité présidentielle, après une analyse approfondie de la situation ont rendu publique la déclaration suivante.

I- SUR L’ACTUALISATION DE LA LEPI

Comme cela s’observe sur l’ensemble du territoire national, les opérations d’actualisation de la Lépi ont démarré depuis quelques jours.

Les  maires s’en félicitent et remercient tous les acteurs qui y ont contribué.

Après une semaine de travaux sur le terrain,  force est de constater que l’enthousiasme qui devrait accompagner ces opérations s’est vite envolé et a cédé place à une série de désagréments du fait:

- du grand déficit de communication en amont en direction des populations et des élus locaux sur les différentes phases de l’opération d’actualisation de la Lépi ;

- La publication tardive de la liste des Agents locaux d’Actualisation par rapport à la date de démarrage des opérations ;

- Le manque de matériels de travail notamment les stylos et fiches d’inscription;

- L’absence de clarifications sur les tâches découlant de l’audit participatif qui est aujourd’hui complété par une réinscription systématique des populations;

- L’insuffisance et l’incohérence des centres de votes affichés par rapport aux demandes des populations à l’occasion des différentes rencontres et tournées des membres du Cos-Lépi et des députés ;

- L’inadaptation du choix de la période de démarrage des opérations marquée par endroit par les pluies et les travaux champêtres et la période de commercialisation du coton ;

- L’insuffisance par endroit  du nombre  des  ALA en poste doublée de la non signature de leurs contrats source de découragement et de désertion de leurs postes ;

- Les distances à certains endroits supérieures à 08 kilomètres entre les populations et les centres d’enregistrement les plus proches ;

- La non maîtrise par certains ALA de la langue du milieu où ils sont envoyés pour faire le travail ;

- La non implication des élus à la base aux différentes phases de l’opération d’actualisation ;

- La prédominance dans les centres d’inscription des Agents Locaux d’Actualisation d’un même parti politique ;

- Les tracasseries parfois provoquées à dessein par les ALA mal ou non formés  décourageant ainsi les populations;

- L’installation des postes d’inscription à des lieux non indiqués ;

- L’inexistence des postes d’inscription dans les écoles et collèges pour faciliter l’inscription des élèves et leurs enseignants ;

- La mauvaise formation de certains agents qui remplissent mal les fiches d’enregistrement ;

- La suppression par le Cos-Lépi de certains centres de votes crées par le parlement ;

- La mise à dispositions des centres d’enregistrement de listes incomplètes ;

Au regard de toutes ces difficultés, les maires de la majorité présidentielle, déterminés à accompagner le processus d’actualisation de la Lépi proposent :

1- L’implication des élus à la base et celle de la société civile dans toutes les phases des opérations d’actualisation de la Lépi ;

 

2- La dépolitisation de l’opération de la Lépi qui doit être perçue comme un instrument de développement ;

3- La prorogation du délai imparti pour cette phase de l’opération d’actualisation de la Lépi ;

4- La mise à disposition du Cos-Lépi par le gouvernement des moyens nécessaires au bon déroulement des opérations.   

II- SUR LES FAITS DE GREVE Les maires de la majorité présidentielle saluent et félicitent le Chef de l’Etat pour l’initiative qu’il a prise d’engager un dialogue direct et sincère avec les syndicalistes aux fins d’une décrispation du climat social. Ils  félicitent également le Front d’action des trois ordres d’enseignement et les autres syndicats pour leur décision courageuse et patriotique de suspendre leur mouvement de grève. Les maires de la majorité présidentielle invitent ceux qui sont encore en grève à un sursaut patriotique en reprenant le travail pour le bonheur des élèves et des parents dont eux-mêmes font partie.

Les maires de la majorité présidentielle réaffirment une fois encore, leur soutien indéfectible au Chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi

et lui réitèrent leur engagement à l’accompagner dans ses œuvres de développement pour le bonheur du peuple béninois.

Fait à Dassa-Zounmè,

le 25 Mars 2014