La Nouvelle Tribune

Forte mobilisation des femmes de Porto-Novo autour d’Adidjatou Mathys

Espace membre

La journée Internationale de la Femme(Jif) continue d’être célébrée  partout dans nos contrées. Mme Adidjatou, Mathys ancienne ministre des Finances du président Boni Yayi,a a tenu à marquer aussi l’évènement  avec les femmes de Porto-Novo, sa ville natale. 

C’était samedi dernier sur l’esplanade du Stade Charles de Gaulle à Porto-Novo. Plusieurs personnalités dont les députés Eric Houndété et Sacca Fikara, des anciens ministres tels que Richard Sènou et Rafiatou Karimou, l’ancienne député Béatrice Lakoussan des sages et notables de la ville, ont tous répondu présents à l’invitation de la marraine de cet évènement.

Les femmes venues de tous les arrondissements de Porto-Novo se sont retrouvées massivement sur l’esplanade du stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Elles ont prêté une  oreille attentive à une communication sur le thème retenu à cette occasion « l’égalité pour la femme, c’est le progrès pour toutes et tous » développée par l’ancienne ministre Rafiatou Karimou. Selon elle, le 08 mars a été décrétée journée internationale de la femme en 1975 par les Nations Unies. Selon ses propos, après cette journée, il a été décrété aussi l’année internationale de la femme et la décennie de la femme de 1976 à 1985. Elle a mis l’accent sur les avancées du statut de la femme. Elle a rappelé le combat mené par les femmes amazones pendant la période révolutionnaire au Bénin avant d’aborder la période du Renouveau démocratique. Elle a parlé aussi de la parité des femmes et a soutenu qu’un quota soit obtenu afin que la femme soit toujours présente à tous les  niveaux, à savoir :l’inscription sur les listes électorales, membre d’une institution, membre du gouvernement où cela dépend de la volonté politique d’un seul homme qu’est le chef de l’Etat. « Nous notons que le législateur a édité beaucoup de lois qui accordent à la femme des droits égaux à ceux des hommes et qui la protègent. Malheureusement, les femmes dans leur grande majorité ne connaissent pas l’arsenal juridique qui les protège » a- t-elle précisé. D’autres aspect ont été également abordés par la communicatrice. Mme Hounssinou, représentante des femmes, dira que le thème choisi pour cette année vise à promouvoir l’égalité homme /femme du fait des pesanteurs sociologiques, les femmes ont souvent moins de droit que leurs homologues de sexe masculin. Pour ce faire, elle demande aux femmes de se battre pour rentrer dans leurs droits et relever les goulots d’étranglement.

Mathys Adidjatou prône la correction des inégalités faites aux femmes

Prenant la parole à son tour, la marraine de l’évènement,  Mme Adi djatou  Mathys, accueillie en triomphe sur le podium, n’a pas manqué de dire toute sa gratitude aux femmes pour leur présence à cette fête.  Au regard du thème retenu pour cette journée, Mme  Mathys dira que « ce n’est pas une faveur qui est demandée au profit des  femmes, mais il s’agit tout simplement de la correction des inégalités crées par les hommes qui défavorisent les femmes, car, vous le savez bien, hommes et femmes naissent égaux ». A en croire ses propos, ces inégalités sont partiellement engendrées par nos us et coutumes ou mieux par les pesanteurs sociologiques qui développent très souvent chez l’homme le complexe de supériorité. Elle propose alors des thérapies pour inverser la tendance. Elle demandera alors aux femmes de se battre davantage pour obtenir leurs droits et parvenir à l’égalité hommes-femmes dans tous les secteurs de la vie, tout en continuant d’assumer leur rôle de mère et d’épouse. Elle propose également que davantage de filles aillent à l’école, qu’elles puissent aller loin dans les études et s’intéresser dès  leur jeune âge à la gestion des affaires publiques. Suivra le message du député Eric Houndété sur le processus de correction de la Lépi, celui de soutien de l’ex ministre Richard Sènou et d’autres. Signalons que trois femmes amazones ont été décorées par la marraine Mathys Adidjatou pour leur mérite et leurs nombreuses expériences. Il s’agit de Rafiatou Karimou, Léontine Idohou et Viviane Agbato alias «Vivi l’Internationale». Ces dernières ont reçu chacune un trophée  et d’autres cadeaux. Un défilé de mode suivi d’animation et d’un  déjeuner mettra fin à la cérémonie.